Le PAM primé pour la lutte anti-SIDA par l'aide alimentaire

Nairobi- Kenya (PANA) -- Plusieurs fonctionnaires du Programme alimentaire mondial (PAM) et des partenaires de l'organisation seront primés pour leur rôle dans la réduction de l'impact du VIH/SIDA par la distribution d'une aide alimentaire.
L'organisme onusien se joindra ainsi au reste du monde pour célébrer la Journée internationale des femmes qui sera commémorée le 8 mars prochain autour du thème "Femmes et VIH/SIDA".
Les femmes et organisations récipiendaires du Burundi, de la Chine, de la République démocratique du Congo, du Mali, du Rwanda et d'Afrique australe recevront les prix attribués au cours des célébrations de la 10è Journée internationale de la Femme à Rome, en Italie.
Selon un communiqué de presse parvenu à la PANA à Nairobi, tous les lauréats ont été désignés par les bureaux du PAM pour leur remarquable contribution à la prise en charge des difficultés rencontrées par les femmes qui vivent avec le VIH/SIDA.
Le PAM note également que la plupart des produits alimentaires qu'il distribue sont destinés à des femmes, ce qui permet de faire de telle sorte qu'ils parviennent aux populations qui en ont le plus besoin.
En se focalisant sur les femmes et le VIH/SIDA, le PAM réaffirme son engagement auprès des personnes placées à des positions clés, à la fois en tant que victimes ou sauveurs potentiels qui supportent tout le poids de la maladie.
"L'aide alimentaire joue un rôle central dans la lutte contre le VIH/SIDA.
La première chose que demandent les familles touchées par le SIDA n'est pas de l'argent ou des médicaments, mais plutôt des aliments.
La nourriture est l'une des armes utilisées dans la lutte contre la maladie", a déclaré le directeur exécutif du PAM James T.
Morris.
"Les femmes sont en première ligne en ce qui concerne cette pandémie et c'est pourquoi nous souhaitons attirer l'attention sur leur détresse à l'occasion de cette Journée internationale de la femme.
Si la tâche est énorme, nous savons qu'encourager les populations, en particulier les femmes, à parler ouvertement de ce terrible fléau constitue une manière d'aider tout le monde à progresser dans notre bataille contre le VIH/SIDA", a-t-il ajouté.
En Afrique subsaharienne, une région où huit agriculteurs sur dix sont des femmes, ces dernières sont plus vulnérables que les hommes à l'infection par le VIH/SIDA.
Elles représentent aussi 60% de la population infectée, les taux les plus élevés se retrouvant dans la tranche d'âge des 15-24 ans.
La femme qui vit avec le VIH doit relever de nombreux défis: elle aura probablement un accès beaucoup plus limité aux services de santé, aux soins, au counselling et aux informations.
De même, elle aura plus de difficultés à se procurer de la nourriture et des services de santé pour elle et pour sa famille.
Au Kenya, le PAM prépare un programme pour aider les personnes vivant avec le VIH/SIDA, notamment les orphelins et les femmes enceintes.
Au début, 4.
000 tonnes d'aliments du PAM seront distribuées à quelque 49.
000 personnes dans sept districts des provinces de l'Ouest et de Nyanza.
Le programme du PAM dont le lancement est prévu dans les prochains mois prendra en charge différentes questions qui touchent aux femmes, comme la prévention de la transmission mère- enfant du virus du VIH/SIDA.
Les femmes, qui reçoivent des médicaments dans le cadre des efforts visant à prévenir la transmission du virus vecteur de la maladie du SIDA, doivent être en bon état nutritionnel si l'on veut que les médicaments demeurent efficaces, indique-t-on.

06 mars 2003 23:23:00




xhtml CSS