Le PAM demande au gouvernement somalien de relâcher son agent

Nairobi- Kenya (PANA) -- Le bureau humanitaire de l'Organisation des nations unies (ONU) a invité le gouvernement intérimaire somalien à relâcher un travailleur humanitaire détenu en milieu de semaine, pour permettre la reprise de la distribution des secours, en mettant en garde contre l'imminence d'une nouvelle épidémie de choléra dans le pays.
L'organisme humanitaire des Nations unies, le PAM, a suspendu, mercredi, sa distribution de l'aide en Somalie après que des agents de sécurité armés du Service de sécurité national somalien (NSS) ont effectué une descente dans ses locaux pour arrêter et garder en détention le chef local du PAM sans aucune explication sur les raisons de leur action.
"Nous protestons dans les termes les plus forts contre l'entrée illégale dans les locaux de l'ONU et l'enlèvement et la détention d'un membre du personnel de l'ONU" a dénoncé vendredi le Coordonnateur humanitaire intérimaire de l'ONU, Christian Balslev-Olesen, dans un communiqué rendu public vendredi à Nairobi.
Il a dit que l'entrée illégale du gouvernement somalien dans ses locaux était une violation des principes, règles, privilèges internationaux et immunité conférés à l'ONU pour lui permettre de mener à bien son mandat auprès du peuple de Somalie.
Le PAM a qualifié l'arrestation et la détention de son membre du personnel de "particulièrement inquiétantes" étant donné le niveau de souffrance du peuple somalien, la montée de la violence et les pertes en vies humaines qui sont le résultat de la situation humanitaire sur place.
Le PAM a repris ses opérations d'aide en Somalie lundi dernier et avait distribué des vivres à 75.
000 personnes à Mogadisco, marquée par la guerre, quand les soldats gouvernementaux ont pris d'assaut ses locaux et fait sortir de force son membre du personnel.
L'opération de secours de l'undi était la première du genre en trois mois.
Le PAM a suspendu ses activités de secours en Somalie pour préserver son personnel restant en conséquence de l'insécurité croissante dans et autour des sites de distribution.
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit une épidémie de choléra imminente dans le sud de la Somalie.
Une précédente avait touché 37.
000 personnes, il y a trois mois.
Selon les agences onusiennes, au moins 1.
113 personnes sont mortes en Somalie du choléra durant ces trois derniers mois.
"Nous invitons les autorités de Mogadiscio à faire tout leur possible pour veiller à ce que le travail humanitaire vital puisse reprendre sans interférence inutile dorénavant.
Les populations dépendent de cette aide cruviale", a déclaré M.
Balslev-Olesen.

20 octobre 2007 12:12:00




xhtml CSS