Le PAM a besoin de 21,3 millions de dollars pour poursuivre ses activités dans la région de Diffa au Niger

Niamey, Niger (PANA) - Le Programme alimentaire mondial (PAM) a besoin de 21,3 millions de dollars pour poursuivre ses activités au cours de la période de septembre à décembre 2016 dans la région de Diffa, dans l'extrême-est du Niger, en proie aux menaces terroristes de la secte islamiste Boko Haram, a indiqué vendredi le Représentant de cette institution à Niamey, Benoît Thiry.

Lors d’une réunion de plaidoyer au cabinet du Premier ministre nigérien, le Représentant du PAM a souligné la nécessité, pour les bailleurs, d'apporter plus de ressources additionnelles et s’est par ailleurs réjoui du leadership du gouvernement nigérien et de la bonne collaboration dont le PAM bénéficie, chaque fois que de besoin, dans le cadre de son mandat au Niger.

La rencontre, à laquelle ont pris part plusieurs membres du gouvernement et les responsables d'organismes internationaux et d'ONG, avait pour but d'informer tous les acteurs sur la situation humanitaire des couches vulnérables, afin de les amener à davantage mobiliser des ressources et apporter ainsi leurs contributions pour aider et soutenir le PAM.

Il s'agit ainsi de permettre à cet organisme des Nations unies de poursuivre ses actions en faveur des populations nigériennes dans les régions affectées par les conflits et de lutter contre la malnutrition des enfants à travers l'ensemble du pays.

Dans une intervention au cours de cette réunion, le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, a salué les activités du PAM au Niger, en particulier "la contribution particulièrement significative qu'il apporte dans la gestion des urgences liées à la situation humanitaire qui prévaut dans les régions de Diffa et de Tillabéry".

Cette coopération multiforme a permis, entre janvier et juin 2016, d'enregistrer des résultats importants dans la prévention de la malnutrition et la prise en charge de la malnutrition aiguë modérée avec plus de 800.000 personnes concernées, l'appui à 1.250 écoles primaires accueillant environ 200.000 élèves à travers le pays, qui bénéficient des cantines scolaires.

Malgré ces résultats révélateurs, le PAM fait face à des difficultés de financement qui plombent son fonctionnement et menacent gravement la poursuite de toutes les activités énoncées, a indiqué Brigi Rafini.

"Conséquemment, tous les acquis laborieusement obtenus ces dernières années, en termes de prise en charge de la malnutrition des enfants, d'appui à l'éducation et de renforcement de la résilience des populations risquent d'être durablement remis en cause", a averti le chef du gouvernement nigérien.

Il a noté que depuis le début de cette année, la baisse des ressources a contraint le gouvernement et le PAM à redimensionner progressivement l'appui au niveau de toutes les activités comme la nutrition, les cantines scolaires, la création d'actifs productifs, de soutien à la prise en charge des réfugiés et des déplacés.

Il a lancé, au nom du gouvernement nigérien, un appel à mobiliser plus de ressources pour permettre la poursuite de ces activités combien importantes pour les populations nigériennes .
-0- PANA SA/JSG/IBA 29juil2016
.

29 july 2016 10:06:25




xhtml CSS