Le NEPAD sera transféré à la Commission de l'UA en janvier

Banjul- Gambie (PANA) -- Le Comité de haut niveau des chefs d'Etat et de gouvernement sur le Nouveau partenariat pour le développement économique de l'Afrique (NEPAD), réuni vendredi à Banjul, la capitale gambienne, a décidé de transférer ce programme à la Commission de l'Union africaine.
Le secrétariat du NEPAD a été installé en Afrique du Sud et ses responsables ont toujours agi de façon tout à fait autonome par rapport à la Commission au point que certains y ont vu une affaire purement sud-africaine.
Selon le président sénégalais Abdoulaye Wade qui a assisté à la rencontre, la réunion s'est déroulée dans un bon esprit.
"Nous avons procédé à la revue des réalisations du NEPAD et examiné les procédures permettant de rattacher cette institution à la Commission de l'Union africaine", a-t-il souligné à la fin de la rencontre.
A cet effet, le Comité devrait se retrouver prochainement à Abuja, au Nigeria pour aborder cette réforme du NEPAD.
Le président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Oumar Konaré devrait y présenter les modalités de transfert du NEPAD qui devrait avoir lieu en janvier prochain.
Normalement la réunion aurait dû se tenir à Dakar, mais le président sénégalais a demandé qu'elle se tienne à Abuja pour des raisons de commodité.
En attendant la mise en oeuvre de la décision du Comité de haut niveau des chefs d'Etat sur le NEPAD, le président sénégalais se félicite des décisions qui ont été prises à cette rencontre.
"L'essentiel, ce n'est pas d'avoir commis des erreurs, mais de les reconnaître et de se mettre sur les bons rails", souligne Me Abdoulaye Wade.
La président sénégalais n'a pas voulu assombrir le tableau du NEPAD, estimant que la Commission de l'UA a reconnu dans son évaluation que les réalisations du NEPAD étaient maigres, ajoutant qu'"il est clair qu'il y a eu des confusions et des déviations".
En tout cas, la décision de transférer le NEPAD à la Commission de l'UA ravit les responsables de cette institution.
Le président Alpha Oumar Konaré en avait fait un cheval de bataille, estimant qu'il revenait de droit à la Commission de l'UA de piloter tous les programmes de l'Union africaine.
Outre le président Wade du Sénégal, trois autres chefs d'Etat ont assisté à cette rencontre : Denis Sassou Ngesso du Congo, président en exercice de l'Union africaine, Olusegun Obasanjo du Nigeria et Thabo Mbeki d'Afrique du Sud.

30 juin 2006 22:06:00




xhtml CSS