Le Mali ressent déjà l'impact négatif de la crise ivoirienne sur son économie

Bamako, Mali (PANA) - La crise ivoirienne a provoqué l'interruption du trafic routier sur le corridor Bamako-Abidjan et un coup d'arrêt brutal de l’activité économique dans la région de Sikasso, frontalière avec la Côte d’Ivoire, constate mercredi le quotidien national "L’Essor".

Selon l’envoyé spécial du journal dans la zone, le corridor Bamako-Abidjan n’a peut-être jamais autant subi l’impact de la fracture ivoirienne, même au plus fort de la crise de 2002.

De Zégoua, dernier poste administratif malien, à Sikasso, la capitale régionale, le désarroi se lit sur le visage des populations, écrit l'envoyé spécial de "L'essor".

La route nationale reliant Bamako à Abidjan via Sikasso et Zégoua est aujourd’hui déserte, les camions et les gros-porteurs ne roulent presque plus, alors que le corridor douanier n’a pas été épargné et n’a enregistré qu’une dizaine de camions depuis plus de 10 jours contre 200 camions par jour avant le déclenchement de la crise actuelle.

Le bureau de la douane de Zégoua, qui réalisait 207 millions de francs CFA de recettes par mois, est tombé à un peu plus de deux millions de francs CFA.

"Quand on sait que par ce bureau entraient plus de 30 pc  de marchandises importées par le Mali, on imagine l’impact de la situation ivoirienne sur l’économie malienne", fait remarquer le chef de bureau de la douane frontalière de Zégoua, Baye Ag Assoni.

Ce bureau a enregistré, lors du dernier semestre, plus de 730.721 tonnes de marchandises en transit pour une valeur de près de 15 milliards de F CFA.

Ces marchandises étaient composées essentiellement de 91.414 tonnes de riz, 51.575 tonnes de sucre, plus de 30. 000 tonnes de blé et farine de blé et près de 65.000 tonnes de produits pétroliers, 71.000 tonnes de ciment et autant de matériaux de construction.

Les exportations maliennes passent également par ce corridor et sont constituées par le coton (55.240 tonnes), l’arachide (1.675 tonnes), plus de 4.000 bovins, plus de 28.000 ovins-caprins et plus de 2.526 tonnes de produits agricoles.

Les services douaniers maliens évaluent déjà l’impact de cette crise sur les recettes douanières à plus de 5 milliards de F CFA de manque à gagner et plus de 12 milliards de F CFA pour l’économie  du pays.
-0- PANA GT/JSG/IBA 15déc2010

15 décembre 2010 11:51:37




xhtml CSS