Le Mali a lancé jeudi sa 13ème Campagne nationale de Planification familiale

Bamako, Mali (PANA) - Le Mali a lancé jeudi sa 13ème Campagne nationale de Planification familiale (PF) sur le thème: "Une jeunesse responsable et engagée en faveur de la Planification familiale au Mali, un moyen pour atteindre le dividende", en présence de l'épouse du président malien, Mme Kéita Aminata Maiga.

L’objectif principal de cette campagne est d’accroître le nombre d’utilisatrices de la PF et de contribuer à réduire le taux de mortalité maternelle et infantile au Mali, à travers une amélioration de la santé de la mère et de l’enfant, la Planification permettant de circonscrire les risques de grossesses multiples ou rapprochées, voire d’Infections sexuellement transmissibles dans certains cas.

Selon les spécialistes, un bon programme de PF, avec un espacement des naissances optimal, permet de réduire de 32 pc le taux de mortalité maternelle, de 31 pc la mortalité infantile et juvénile et favorise la maîtrise des charges économiques liées à la santé, à l’éducation et à l’emploi.

D’après la dernière Enquête démographique et de santé (EDS-Mali), 66 pc des adolescents de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie procréative, 50 pc sont entrés en union avant 18 ans. Le même document indique qu’une fille sur dix a un enfant avant l’âge de 15 ans.

Toujours selon l'enquête EDS, en matière de connaissance des méthodes contraceptives, si près de 80 pc des jeunes connaissent au moins une méthode contraceptive moderne, seulement 5,5 pc des gosses de 15-19 ans les utilisent.

Le ministre malien de la Santé, Pr. Samba Ousmane Sow, a expliqué que le choix du thème de cette campagne en faveur de la jeunesse n’était pas fortuit.

"Au Mali, les 10-24 ans représentent près du tiers de la population totale. La santé de la reproduction des adolescents et des jeunes est caractérisée par une sexualité précoce avec comme corollaire une fréquence de grossesses précoces", a-t-il souligné.

L’épouse du président malien a indiqué que les jeunes adolescentes étaient les plus affectées par les décès maternels, vu leur entrée précoce en union et les grossesses précoces et rapprochées, les exposant dans une grande probabilité, à un décès évitable.

Malgré les efforts inlassables fournis par le gouvernement et les partenaires techniques et financiers, mais aussi sociaux pour une maîtrise de la natalité par l’espacement des naissances, la scolarisation des filles, ainsi que la lutte contre les mariages précoces, la natalité au Mali reste galopante, a noté Mme Kéita Aminata Maiga, qui a annoncé, sur la base des statistiques démographiques, que le Mali verra sa population tripler dans les quinze prochaines années.

Aussi, a-elle lancé un appel au renforcement et à l’amélioration de stratégies et initiatives en matière de PF par des actions novatrices et porteuses et a invité tous les décideurs, leaders religieux et traditionnels à soutenir la Planification familiale.
-0- PANA GT/JSG/IBA 25août2017

25 Agosto 2017 10:12:11




xhtml CSS