Le MFWA condamne l'interdiction d'entrée dans l'Etat dImo á deux journalistes nigérians

Banjul, Gambie (PANA) - La Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA) a condamné mercredi l'interdiction portée contre deux journalistes nigérians par le gouverneur de l'Etat d'Imo.

Dans un communiqué transmis à la PANA, l'ONG de défense de la liberté de la presse a déclaré que le chef Rochas Okorocha, gouverneur de l'Etat d'Imo, a interdit aux journalistes Amby Uneze de THISDAY et à Chidi Nkwopara de Vanguard de couvrir les activités au siège du gouvernement, pour avoir publié des rapports peu complaisants sur son administration.

"Le MFWA se joint aux médias au Nigéria pour condamner l'action du gouverneur de l'Etat d'Imo. Les journalistes ne sont pas des agents de relations publiques des institutions publiques et des titulaires de charge publique. Leur devoir est d'exiger la responsabilité et la prestation efficace de services publics par des fonctionnaires au nom des citoyens. Le gouverneur Okorocha devrait apprécier ce rôle unique des médias et lever l'interdiction portée contre les deux journalistes", a déclaré l'ONG de défense de la liberté de la presse.

Selon le communiqué, le gouverneur a déclaré son interdiction lors des conversations avec des journalistes au siège du gouvernement le 16 septembre 2017.

Le gouverneur avait, au cours d'une occasion antérieure, promis de traiter impitoyablement les journalistes s'ils entraient dans la maison du gouvernement pour couvrir l'une de ses activités. Il avait également menacé de les chasser de l'Etat.

Okorocha n'a donné aucune raison pour l'interdiction, sauf pour déclarer que les deux correspondants "ne l'ont pas aimé".

Décrivant Amby Uneze et Chidi Nkwopara "comme des ennemis du gouvernement", le chef Okorocha a déclaré que tous les deux étaient friands d'écrire des rapports défavorables sur son administration. Cependant, il ne pouvait citer aucune violation de l'éthique par les correspondants.

La MFWA a révélé que l'action du gouverneur a été fortement critiquée par la communauté médiatique au Nigéria.

La branche de l'Etat d'Imo de l'Independent Newspapers Publishers Association (INPA) a exhorté l'Union des journalistes nigérians (NUJ), le National Press Council (NPC), la Commission nationale des droits de l'homme et les organisations de la société civile à rappeler le gouverneur à l'ordre.
-0- PANA MLJ/AR/MTA/TBM/SOC  27sept2017

27 septembre 2017 21:25:29




xhtml CSS