Le HCR dénonce la politique kenyane de refoulement des Somaliens

Nairobi- Kenya (PANA) -- Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a dénoncé, mardi, "la tendance croissante" des autorités kenyanes à rapatrier de force des demandeurs d'asile somaliens dans leur pays d'origine.
Cette inquiétude fait suite à un incident survenu la semaine dernière qui a vu des demandeurs d'asile, des hommes, huit femmes et 14 enfants, qui se rendaient en autocar au camp de réfugiés de Dadaab, dans le nord du Kenya, refoulés de force vers la Somalie.
Dans un communiqué signé par son porte-parole, Ron Redmon, l'agence indique que "l'UNHCR a reçu des informations d'un officiel du gouvernement selon lesquelles, l'armée a intercepté l'autocar et conduit les demandeurs d'asile au commissariat de Dadaab avant d'escorter plus tard le véhicule (ayant fait demi-tour) à Dobley, un centre situé près de la frontière somalienne".
L'agence onusienne n'a pas reçu de réponse satisfaisante de la part des autorités, suite à son intervention.
"Quand nous avons sollicité une intervention, nous avons été informés que la Police et l'Armée continuent de refouler les demandeurs d'asile vers la Somalie, sur instruction des autorités de la Province de Garissa", a indiqué l'UNHCR dans son communiqué.
Elle indique que la Police kenyane présente dans les camps de réfugiés de Dadaab, a confirmé un incident similaire le 23 mars, où 61 demandeurs d'asile -dont 14 enfants- ont été arrêtés par des soldats et acheminés au commissariat de Dadaab et plus tard ramenés dans les camps de réfugiés de Liboi.
"En janvier, trois demandeurs d'asile ont été refoulés de force en Somalie par les autorités", note le communiqué.
En conséquence, l'agence affirme avoir envoyé une plainte officielle au ministre de l'Immigration et de l'Enregistrement des personnes pour protester contre de tels actes.
"Notre préoccupation est qu'en dépit du fait que de tels cas sont portés à l'attention du gouvernement, aucune mesure n'a été prise.
L'UNHCR réitère que le gouvernement kenyan doit adhérer et montrer un respect total au principe de non refoulement, inscrit dans le droit international et la Loi kenyane sur les réfugiés, à l'égard des demandeurs d'asile somaliens en particulier", a conclu le communiqué.

07 avril 2009 15:50:00




xhtml CSS