Le Ghana durcit le ton avant la réunion avec la FIFA ce jeudi à Zurich

Accra, Ghana (PANA) - Le gouvernement du Ghana a durci le ton avant sa rencontre avec les responsables de la Fédération internationale de football (FIFA) jeudi à Zurich, en Suisse, sur la menace de suspension du pays de toutes les activités liées au football pour l'ingérence du gouvernement dans les affaires de la Fédération ghanéenne de football (GFA).

Le journal d'Etat "Graphic" rapporte ce jeudi que le Ghana ne fera pas de compromis sur sa souveraineté lors la réunion entre ses trois délégués et les responsables de la FIFA pour discuter sur les meilleurs moyens de résoudre la crise.

On rappelle que la FIFA, dans une lettre adressée au Comité de liaison, dirigée par Dr Kofi Amoah, qui gère actuellement le football au Ghana, a accusé le gouvernement d'ingérence dans les affaires du football et lancé au pays un ultimatum qui expire le 27 août pour arrêter le processus de liquidation de la GFA engagé auprès de la Haute Cour de Justice, sous peine d'être banni de toutes les activités liées au football.

La Secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, a déclaré que l'organisation mondiale considérait que le processus engagé par le gouvernement pour liquider la GFA constituait "une ingérence indue dans les affaires de la GFA" et violait les statuts de la FIFA.

Cependant, expliquant la position du gouvernement en la matière, le ministre de l'Information, Kojo Oppong-Nkrumah, a déclaré que, même s'il était en désaccord avec la FIFA, il continuerait à dialoguer avec l'instance dirigeante du football mondial, tout en avertissant que le Ghana n'est pas prêt à renoncer à sa souveraineté.

"Nous pensons que nous pouvons tous deux atteindre un objectif commun. L'objectif de la FIFA et les nôtres semblent être les mêmes et nous pensons qu'en nous engageant à nouveau, nous pourrons arriver à ce point commun. Mais notre souveraineté, notre clarté sur les questions auxquelles nous avons assisté sont des choses sur lesquelles nous ne transigerons pas", a souligné M. Nkrumah.

Selon lui, la FIFA et le gouvernement se sont engagés à ne pas tolérer la corruption dans le football, mais ne sont pas d'accord sur la voie à suivre pour résoudre les problèmes de corruption au sein de la GFA.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Isaac Kwame Asiamah, dirige l’équipe gouvernementale composée de trois membres, dont un procureur général-adjoint, Godfred Yeboah Dame et un chef de cabinet-adjoint, Samuel Jinapor.

Dans une lettre adressée à la FIFA, M. Asiamah a demandé de nouveaux engagements avec la FIFA afin de déterminer la voie à suivre suite à la menace d'interdiction du Ghana.

Il a déclaré que le Ghana demandait d'autres engagements pour "explorer une voie mutuellement acceptable pour atteindre notre objectif commun".
  
La FIFA a déclaré mardi que le président de la Chambre d’investigation de la Commission de déontologie procédait actuellement à une procédure d’enquête contre Kwesi Nyantakyi, ancien président de la GFA, suspendu provisoirement par décision du président de la Chambre de jugement de la Commission d'éthique de la FIFA.

Cependant, la FIFA estime que la requête introduite par le procureur général auprès de la Haute Cour pour entamer le processus de liquidation de la GFA constitue une influence indue dans les affaires de la GFA, en violation de l'art. 14 par. 1 i) et l'art. 19 par. 1 des Statuts de la FIFA.

Dans sa lettre, le ministre des Sports a déclaré que le gouvernement du Ghana n’était pas intéressé par une ingérence dans le fonctionnement du football, mais a souligné qu’il était responsable de veiller à ce que les pratiques de corruption ne soient pas tolérées.

"La GFA est enregistrée en tant que société par garantie, en vertu des lois du Ghana. Les lois du Ghana interdisent l’existence d’une société qui opère à des fins illégales", a déclaré M. Asiamah.

Les développements dans le football au Ghana font suite à un film du journaliste d'investigation ghanéen controversé, Anas Aremayaw Anas, qui montrait des administrateurs de football et des officiels de match qui acceptaient des cadeaux en espèces.

Nyantakyi a démissionné de ses fonctions de président de la GFA et de ses autres fonctions au sein de la FIFA et de la Confédération africaine de football et nie tout acte répréhensible.
-0- PANA MA/JSG/IBA 16août2018

16 أغسطس 2018 12:59:25




xhtml CSS