Le DG de la BADEA attendu à Dakar, Bissau, Banjul et Nouakchott

Dakar- Sénégal (PANA) -- Le directeur général de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), M.
Abdelaziz Khelef, effectuera du 14 au 28 novembre dans la sous-région ouest-africaine une tournée qui devra le conduire au Sénégal, en Guinée-Bissau, en Gambie et en Mauritanie, a-t-on appris lundi de source officielle.
Durant sa visite au Sénégal, le directeur général de la BADEA aura des séances de travail avec le ministre d'Etat, ministre des Finances, ainsi que d'autres structures gouvernementales concernées par les projets financés par la BADEA, notamment dans les secteurs des infrastructures, de l'hydraulique et de l'agriculture.
Les entretiens du directeur général de la BADEA avec les hauts responsables de ces structures porteront sur la revue de l'état actuel de la coopération entre le Sénégal et la Banque, ainsi que ses perspectives d'avenir.
Le directeur général de la BADEA, qui assistera à Dakar à la clôture d'une session de renforcement des capacités des fonctionnaires de la Commission de l'Union africaine et des secrétariats des Communautés économiques régionales financée à hauteur de 230.
000 dollars US, visitera également certains projets financés par la BADEA à Dakar et dans la Vallée du Fleuve Sénégal.
Le total de l'aide de la BADEA en faveur du Sénégal a atteint 199,66 millions de dollars US pour le financement de 52 projets, en plus d'un montant d'environ 5,08 millions de dollars US, représentant la contribution de la BADEA à l'allègement du poids de la dette du Sénégal dans le cadre de l'initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE).
A Bissau, en Guinée Bissau, où il se rendra ensuite, le directeur général de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) aura des séances de travail avec le ministre des Finances, ainsi qu'avec d'autres structures concernées par les projets financés par la BADEA dont l'aide en faveur de la Guinée- Bissau a atteint 22,316 millions de dollars US destinée au financement de 7 projets.
La visite en Gambie, le 21 novembre, répond à une invitation des autorités de la place avec lesquelles M.
Khelef explorera les voies et moyens de promouvoir et développer la coopération entre la BADEA et ce pays qui a bénéficié de la BADEA d'une assistance évaluée à 77,006 millions de dollars US jusqu'à fin octobre 2007.
La visite que le directeur général de la BADEA effectuera en Mauritanie, du 25 au 28 novembre 2007, sera, elle, essentiellement consacrée à l'animation d'une "journée de sensibilisation" au profit des entrepreneurs et des bureaux d'études et consultants mauritaniens à Nouakchott, sous le haut patronage du ministre de l'Economie et des Finances.
Le volume total des financements approuvés par la BADEA, depuis 1975 à fin octobre 2007 en faveur des pays africains bénéficiaires, évalué à 3.
354,127 millions dollars US, a permis de financer 427 projets, 407 opérations d'assistance technique, 29 prêts pour le secteur privé et 14 opérations d'aide d'urgence au profit de certains pays touchés par la sécheresse et la désertification.
Les interventions de la Banque en Afrique couvrent 43 pays et certaines organisations régionales, tandis que ses financements ont touché divers secteurs, tels les infrastructures, l'agriculture (production animale et végétale), le développement rural (électrification et approvisionnement en eau potable), l'énergie, l'industrie et le secteur social.
A ces financements s'ajoutent les opérations d'assistance technique allouées depuis 1995 sous forme de dons non remboursables.
La politique de la BADEA, en matière de sélection des projets à financer, consiste à opter pour ceux qui permettent d'améliorer les conditions de vie des populations, de réduire la pauvreté, en particulier en milieu rural et de soutenir la participation de la femme au développement.
La BADEA, qui s'intéresse aussi aux projets liés à la protection de l'environnement et à la lutte contre la désertification, a aussi substantiellement augmenté le taux de concessionnalité de ses financements, dans le but de tenir compte de la situation économique difficile des pays africains bénéficiaires de son intervention.

12 novembre 2007 13:45:00




xhtml CSS