Le Congo va mettre en place un plan d’action de protection des droits des femmes malades du SIDA

Brazzaville, Congo (PANA) - Le gouvernement congolais va bientôt se doter d’un plan d’action de protection des droits des femmes malades du SIDA au Congo, pour la période de 2017-2021, a appris mardi la PANA,  auprès du ministère de la Promotion de la femme et de l’Intégration de la femme au développement.

Initié par ce département ministériel, avec l’appui du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce plan d’action contribuera à la riposte nationale face à la pandémie du SIDA.  

Selon la ministre congolaise de la Promotion de la femme et de l’Intégration de la femme au développement, Inès Néfer Bertille Ingani, ce plan d’action n’est que le résultat des recommandations du rapport d’évaluation du dispositif de la protection des droits des femmes vivant avec le VIH/SIDA au Congo, publié en octobre dernier à Brazzaville et qui consiste à assurer une protection adéquate aux droits des femmes vivant avec le VIH.

"Cet instrument, mis en exergue pour une meilleure prise en charge juridique au profit des femmes, qui sont le maillon faible de la réponse nationale au VIH/SIDA, obéît à trois exigences fondamentales: renforcer le cadre institutionnel en matière de droit de l’Homme, mettre en œuvre la politique nationale du Genre, doter le pays des politiques et programmes pouvant nous conduire vers l’émergence et le développement du pays", a-t-elle indiqué.

Par ailleurs, la ministre a rappelé qu’en dépit des efforts consentis par le gouvernement avec l’appui des partenaires bilatéraux et multilatéraux, afin de réduire le nombre d’infections et de décès liés au VIH, d’importants défis restent encore à relever.  

Il s’agit, notamment, de prévenir et de protéger les droits des Personnes vivant avec le VIH et  de lutter contre les discriminations et les stigmatisations à l’endroit de ces personnes.

Le Représentant-résident-adjoint du PNUD au Congo, Mohamed Abchir, s'appuyant sur ce rapport, a déploré le fait que les Personnes vivant avec le VIH soient traitées comme des damnées responsables de leur maladie. Il s’est aussi dit préoccupé par leur mise à l’écart et leur exclusion.

"Face à une telle situation de violence psychologique ambiante et de négation des droits des femmes vivant avec le VIH, le système des Nations unies au Congo ne peut que s’insurger contre ces comportements indignes des sociétés africaines", a dit le fonctionnaire onusien.

Mohamed Abchir espère qu’une fois validé, ce document sera un instrument d’une grande utilité entre les mains des parties prenantes, cela dans le cadre de la réponse pertinente à apporter à cette situation combien déplorable, préoccupante et déshonorante de violation des droits des femmes vivant avec le VIH au cours des cinq prochaines années.
-0- PANA MB/JSG/IBA 13dec2016

13 Dezembro 2016 11:14:36




xhtml CSS