Le Comité de pilotage du Programme de productivité agricole en Afrique de l'Ouest en réunion à Bamako, au Mali

Bamako, Mali (PANA) - Le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP), une initiative sous-régionale regroupant 13 pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a tenu jeudi à Bamako, au Mali, la 8ème session de son comité de pilotage, axée sur l’examen du rapport d’activités 2017 et le plan de travail assorti du budget annuel 2018, a appris la PANA de bonne source.

Ce programme, coordonné par le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) et financé par la Banque mondiale sur fonds IDA, a pour objectif de générer et de diffuser des technologies éprouvées dans les pays de la CEDEAO, en vue d'une augmentation durable de la productivité dans les filières prioritaires d’au moins 15 pc, pour induire une croissance agricole de 6 pc et vise également à contribuer à la coopération régionale en matière d’agriculture en Afrique.

Selon le secrétaire général du ministère malien de l'Agriculture,Abdoulaye Hamadoun, "le programme, qui s’achève en fin 2018, se trouve à un tournant décisif de son évolution, car ses activités se caractérisent par l’élaboration du rapport d’achèvement de la présente phase et celle des activités du Programme de transformation de l’agriculture en Afrique de l’Ouest (PTAAO) appelé à le remplacer".

Ce programme s’attachera à mettre à l’échelle les importants acquis du PPAAO et faire de l’accès au marché des produits agricoles les défis majeurs de développement des Etats de la CEDEAO.

Au cours de l’année 2017, le projet a obtenu de nombreux résultats, notamment l’harmonisation des textes nationaux relatifs aux engrais, pesticides et semences avec ceux de la CEDEAO, la diffusion de plusieurs textes, tels que la loi n° 028 du 14 juin 2011 instituant le contrôle des denrées alimentaires d’origine animale et des aliments pour animaux, la loi n°022 du 31 mai 2001 régissant la répression des infractions à la police sanitaire des animaux sur le territoire malien.

S'agissant de la diffusion à grande échelle et l’adoption des technologies, on note que 3.500 tonnes de semences sélectionnées certifiées ont permis de toucher 110.000 bénéficiaires, dont 47 pc de femmes, 21 tonnes de semences fourragères ont été diffusées auprès de 1597 bénéficiaires, 4.847 vaches ont été inséminées avec 7.352 paillettes (doses de semences).

Dans le domaine de l’embouche bovine, le programme a facilité, au niveau de la CEDEAO, la mise en place d’une ceinture sanitaire, l’identification des vétérinaires privés locaux chargés de l’encadrement des 50 unités d’embouche en rapport avec 1000 éleveurs/emboucheurs (individuels, associations, coopératives).

Ces unités d’embouche retenues sont immatriculées et enregistrées sur la base de critères normatifs convenus.
-0- PANA GT/JSG/SOC 15déc2017


15 décembre 2017 11:17:09




xhtml CSS