Le CIESSM met en garde contre le retour des présumés terroristes des foyers de tension

Tunis, Tunisie (PANA) - La présidente du Centre international des études stratégiques, sécuritaires et militaires en Tunisie (CIESSM), Badra Gaaloul, a mis en garde vendredi contre le retour des combattants de Daech dans les pays d'Afrique du Nord en provenance de la Syrie et de l'Irak.

S'exprimant au cours d'une conférence de presse sur ''le retour des éléments de l'organisation terroriste, Daech, et leur insertion'', Mme Gaaloul a précisé que ''certains pays qui avaient facilité leur voyage vers les foyers de tension, cherchent à les ramener à leurs pays d'origine''.

Elle a, à cet égard, condamné le rôle de la Turquie et du Qatar qui ''ont ouvert la voie devant les opérations de voyage et leur financement, mais aussi leur retour grâce à des soutiens matériels et logistiques''.

Le débat sur le retour des Tunisiens des foyers de tension est toujours en cours dans les mieux politiques, sécuritaires et médiatiques, alors que la plupart des partis politiques, à l'exception du mouvement proche des Frères musulmans, ''Ennahdha'' rejettent ce retour.

Les forces politiques et de la Société civile tunisiennes accusent d'ailleurs ''Ennahdha'' d'être derrière le voyage de milliers de jeunes Tunisiens pour aller combattre dans les foyers de tension, lorsque le mouvement était au pouvoir (2012-2013).

On ne connaît pas avec précision le nombre de combattants, même si plusieurs sources indiquent que le nombre de Tunisiens enrôlés dans les organisations présumées terroristes présents dans les foyers de tension en Syrie, en Irak, au Mali, au Yémen et en Libye, est estimé entre 5.300 et 5.800 dont 600 ont regagné la Tunisie, selon les chiffres fournis par le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme des Nations unies.

Des statistiques fournies par le ministère tunisien de l'Intérieur estiment à 2.929 présumés terroristes tunisiens à l'étranger, alors que le centre d'études de Berlin ''Firil'', dans une étude d'évaluation publiée en novembre 2017, citant 51 sources sur le nombre de combattants étrangers qui ont participé à la guerre contre l'armée syrienne, à compter du 10 avril 2011 au 31 juillet 2017, a estimé que les Saoudiens sont les plus nombreux avec un total 27.600 dont 8.440 tués dans des combats.

La Tunisie occupe la sixième place avec 12.800 combattants dont 5.100 morts dans des combats contre l'armée syrienne, contre 1.320 qui ont regagné le pays, parmi eux 66 femmes.

La majorité des combattants évoluent dans les rangs de Daech et du Front ''Al Nosra''.

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, avait, lors de son discours à la nation à l'occasion du nouvel an 2017, insisté sur la nécessité de traduire tous les ''terroristes'' en provenance des foyers de tension devant la Justice, affirmant qu'ils ne ''seront pas accueillis avec des fleurs'', rappelle-t-on.
-0- PANA YY/IN/BEHIBA/SOC 27avr2018

27 avril 2018 17:33:34




xhtml CSS