Le Chef de l’opposition togolaise doute de l'impartialité de l’émissaire de l’OIF

Lomé,Togo(PANA) - Le chef de file de l’opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre, va récuser le chef de la  mission de de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Mme Aïchatou Mindaoudou Souleymane, attendue à Lomé du 10 au 13 octobre prochain.

Dans ses échanges avec la presse locale, lors des manifestations de mercredi,  Jean-Pierre Fabre indique n’avoir pas apprécié, « à titre personnelle », l’ « arrogance » de Mme Aïchatou Mindaoudou Souleymane  et de Mohamed Ibn Chambas (alors Secrétaire exécutif de la CEDEAO) en 2005, lors de la prise du pouvoir par l’actuel président togolais, Faure Essozimna Gnassingbé.

Pour Jean-Pierre Fabre, Mme Aïchatou Mindaoudou Souleymane qui, à l'époque, présidait le Conseil des ministres de la CEDEAO pour la médiation et la paix, et avait dirigé la promotion de la paix et de la réconciliation en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau et au Togo, n’a pas la qualité requise  pour jouer le rôle de médiateur au Togo.

"Personnellement, je vais la récuser. Parce qu’elle a joué un très mauvais rôle en 2005, lorsque Faure Gnassingbé avait perpétré son coup d’Etat. Agissant sous la protection de l'ancien président nigérien,  Mamadou  Tandja, elle est venue ici, et nous a mal parlé. Ils (NDLR : elle et Mohamed Ibn Chambas) ont été  très arrogants vis-à-vis de nous",   déplore M. Fabre.

Et le leader de l’ANC d'ajouter : "Ils ( ndlr : Aïchatou Mindaoudou et Ibn Chambas) ont même imposé des stratégies qui nous déplaisaient. Et donc aujourd’hui, je crois que nous commettrions une erreur en l’acceptant comme médiatrice. En tout cas, moi, je ne cautionnerai aucune décision qui  lui attribuerait un quelconque rôle dans la crise actuelle",  conclut le leader de l’ANC.

La mission de l’OIF, que devra diriger Mme Aïchatou Mindaoudou Souleymane  rencontrera les autorités du pays, aussi bien que les responsables des formations politiques, afin d'«analyser le contexte socio-politique global et identifier les secteurs pour lesquels l'action de la Francophonie pourraient être utile » etfavorable à une sortie de crise.
-0- PANA FAA/SSB/IBA 05octobre2017

05 أكتوبر 2017 14:57:32




xhtml CSS