Le Cap-Vert veut attirer les cadres de la diaspora

Praia- Cap-Vert (PANA) -- L'Institut des Communautés du Cap-Vert (IC), avec l'appui de l'Office international des migrations (OIM), exécutera un projet destiné à attirer les cadres capverdiens hautement qualifiés vivant à l'étranger pour enseigner dans l'archipel, a appris la PANA, vendredi à Praia, de source officielle.
Le projet, appelé "Diaspora pour le développement du Cap-Vert" (DIAS), cherchera à identifier les cadres dans la diaspora capverdienne au Portugal, en Italie et en Hollande et à les attirer pour qu'ils administrent des cours de formation de courte durée au Cap-Vert.
Selon le coordinateur de l'initiative, Dario Mahamudo, "la première phase consiste à identifier les besoins professionnels dans quatre secteurs-clé, notamment la santé, l'éducation, les infrastructures et le tourisme".
"Nous sommes à la recherche de professionnels hautement qualifiés qui puissent venir au Cap-Vert collaborer avec les institutions publiques associées au projet et nous allons créer une base de données avec des profils professionnels de ces cadres", a-t-il indiqué.
Il a déclaré que le projet est actuellement dans la phase d'identification des besoins du Cap-Vert et de construction d'une page sur internet avec des informations sur les postes vacants existants et qui permettra la candidature des intéressés.
Un autre volet du projet prévoit la réalisation des missions de contact avec le secteur privé, en vue de capter des investissements entre les communautés des immigrés.
"Nous sommes à la recherche des immigrés ou descendants qui, à travers leurs épargnes ou les transferts d'argent vers le Cap-Vert, sont intéressés à investir dans le pays mais qui n'ont pas d'informations", a souligné le coordinateur de l'يnitiative.
Le ministre capverdien des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Communautés, José Brito, a affirmé, durant le lancement de l'initiative, que le projet représente une nouvelle phase dans les relations entre le Cap-Vert et ses immigrés au moment où le pays sent le besoin de compétir au niveau international.
"Dans cette compétition, il est clair que notre diaspora qui se trouve dans les pays qui sont compétitifs sur le plan international, a des connaissances dont le Cap-Vert peut bénéficier.
C'est une nouvelle phase de notre relation avec notre diaspora où nous essayons de profiter de ces compétences", a déclaré le ministre des Affaires Etrangères et des Communautés.

18 october 2008 15:47:00




xhtml CSS