Le Cap-Vert gèle sa reconnaissance du Sahara occidental

Praia- Cap-Vert (PANA) -- Le gouvernement du Cap-Vert a opté pour le "gèle" de sa reconnaissance faite depuis 1979 à la République sahraouie démocratique (RASD), a appris la PANA de source officielle à Praia.
Le retrait de la reconnaissance de la RASD de la part des autorités cap-verdienne survient une semaine après la visite au Cap-Vert du ministre marocain des Affaires étrangères, Mohamed Benaissa, qui a remis au président de la République, Pedro Pires, un message du roi du Maroc.
Pendant cette même semaine, des sources diplomatiques citées par la presse locale ont déclaré que la question du Sahara occidental était au centre des discussions entre le ministre marocain et son homologue cap-verdien, Victor Borges.
Selon toujours les mêmes sources, le gouvernement du Maroc n'avait pas demandé expressément au Cap-Vert d'annuler la décision de la reconnaissance de la RASD, mais que l'archipel se conforme aux dernières décisions des Nations unies en la matière.
Dans sa déclaration publiée concernant la décision du gouvernement, le ministère cap-verdien des Affaires étrangères souligne que: "cette décision traduit l'attitude de la recherche de cohérence par la négociation en cours sous l'égide des Nations unies et constitue un signe pour que les parties comprennent que la solution du différend, en particulier dans ce cas, dépend d'abord de la bonne volonté, de la concession et de l'engagement de tous".
Le document précise que ce différend, qui dure depuis presque 32 ans entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario, concernant le statut du Sahara occidental, a connu ces derniers mois une évolution prometteuse avec de nouvelles propositions du Maroc.
"Il faut noter, en particulier dans cette évolution, la Résolution 1754 du 30 avril 2007 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée à l'unanimité, appelant les parties à négocier directement, sans conditions au préalable et visant une solution politique négociée et mutuellement acceptable", souligne la déclaration.
Le gouvernement cap-verdien considère que dans "ces circonstances, une position favorable au status quo relatif à la reconnaissance en question serait contraire à l'esprit de la Résolution 1754 et aux intentions qui animent les parties dans la recherche de solutions, sans conditions au préalable".
Le Cap-Vert, tout en optant pour la suspension de la reconnaissance de la RASD, réaffirme son appui au processus entamé sous l'égide des Nations unies et "encourage les parties à aborder les négociations avec un esprit constructif, donnant la priorité aux objectifs de paix, de sécurité, des droits de l'Homme, de la diversité et du développement".

28 Julho 2007 16:25:00




xhtml CSS