Le Cameroun menacé de sécession en l'absence du chef de l'Etat

Yaoundé, Cameroun  (PANA) – Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc, parti de l’opposition), le Pr Maurice Kamto, indque dans un communiqué publié ce vendredi que le Cameroun est orphelin de son président, au moment où il a le plus besoin de lui.

Pr Maurice Kamto fonde son affirmation sur l’absence du président de la République, Paul Biya, du pays, à un moment où il est supposé  s’investir véritablement dans la recherche volontariste de solutions à la grave crise anglophone.

En effet, les sécessionnistes anglophobes du Cameroun entendent proclamer ce dimanche 1er octobre 2017 l'indépendance de leur Etat appelé "Ambazonie", si  le gouvernement camerounais n'accède pas à leurs réclamations.

Selon le président du Conseil de gouvernement de l’Ambazonie, Sisiku Ayuk Tabe Julius, une réunion de cet organe tenue mercredi dernier recommande, entre autres, la libération immédiate de Mancho Bibixy, Penn Terrence et tous les autres activistes politiques détenus depuis octobre 2016, ainsi que la démilitarisation compète des régions anglophones.

Sisiku Ayuk Tabe Julius, qui souligne que la satisfaction de ces recommandations reste un préalable à toute négociation avec le gouvernement camerounais, exige que ces dernières se tiennent  hors du territoire camerounais, en présence des représentants de l’Union européenne, de l’Union africaine, de la France, des Nations Unies, du Royaume Uni, des Etats-Unis, du Nigeria et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

"Le MRC sera de tous les combats contre la sécession et nous saisissons cette occasion pour condamner, avec la dernière énergie, toute tentative de partition du Cameroun, notre cher pays, dessiné et façonné par une histoire que nous devons assumer collectivement, tout en ayant la lucidité de corriger les éventuelles erreurs et injustices qui ont pu être commises", fait remarquer Pr Maurice Kamto.

Le chef du MRC, qui évoque  la crise profonde qui secoue depuis octobre 2016 les deux régions anglophones du Cameroun, ainsi que  les événements spectaculaires de vendredi dernier, estime que le gouvernement a montré son incapacité ou son manque de volonté de gérer cette crise dans un souci de construction nationale et de préservation de l'unité du pays .

On rappelle que le vendredi 22 septembre,  les populations des deux régions anglophones ont  bravé l’impressionnant service de sécurité mis en place par le gouvernement, pour exprimer leur volonté de voir enfin s’établir, sous les auspices de l'Etat, un dialogue national sur la question anglophone.

Ces événements, qui se sont déroulés au moment où le président Biya prenait part, à New York (Etats-Unis), à la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, permet au président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun de conclure que le chef de l’Etat camerounais a marqué, une fois de plus, son désintérêt pour les préoccupations politiques de ses compatriotes.

Une absence au sommet de l'Etat qui, selon Pr Maurice Kamto, devrait  ouvrir la voie ce dimanche, date prévue pour la sécession, à une possible constatation de la vacance du pouvoir par la Cour suprême statuant comme Conseil constitutionnel.

Aussi lance-t-il un appel patriotique à tous les Camerounais, pour qu’ils se mobilisent pour barrer la voie à la partition du pays et que les deux Chambres prennent une initiative de paix dans les régions en crise et créent immédiatement un cadre parlementaire de dialogue pour trouver une solution adéquate à ce problème.
-0- PANA BEN/SSB 29septembre2017

29 septembre 2017 14:53:51




xhtml CSS