Le CPS "exige" l'application des accords conclus en Côte d'Ivoire

Syrte- Libye (PANA) -- Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine a exigé de tous les signataires de l'accord et de la Déclaration de Pretoria, ainsi que toutes les parties ivoiriennes, qu'ils mettent en oeuvre "de bonne foi et sans délai" les accords conclus, et oeuvrent de concert pour éliminer tous les obstacles afin que les élections se tiennent en octobre 2005, comme prévu.
Cette action pourra être concrétisée à travers l'adoption de nouvelles mesures pour renforcer la Déclaration commune de fin de guerre, adoptée à Pretoria le 6 avril 2005, le commencement effectif et immédiat du désarmement et du démantèlement des milices, qui doit s'achever d'ici le 20 août 2005, ainsi que la mise en oeuvre du programme de DDR et l'adoption par l'Assemblée nationale, d'ici le 15 juillet prochain, de tous les amendements aux sept lois relatives au processus en cours, tels que proposés par la médiation.
Un communiqué du CPS, dont la PANA a eu copie mardi à Syrte (centre de la Libye), souligne la nécessité pour toutes les parties ivoiriennes de se conformer à la constitution du pays, dans le cadre des efforts globaux visant à faciliter l'aboutissement du processus de paix, et exprime son soutien au gouvernement de réconciliation nationale, tout en réitérant la nécessité d'assurer le fonctionnement effectif du gouvernement et celle de promouvoir une plus grande cohésion entre ses membres pour lui permettre d'assumer pleinement ses responsabilités, en vertu de l'accord de Linas-Marcousis.
Le Conseil lance également un appel aux parties ivoiriennes pour qu'elles coopèrent pleinement avec l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) pour lui permettre de remplir efficacement son mandat et de contribuer à l'aboutissement rapide du processus de paix dans ce pays.
Par ailleurs, le CPS condamne les récents massacres à Duékoué (ouest de la Côte d'Ivoire) et demande instamment aux parties ivoiriennes de tout mettre en oeuvre pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent et affirme sa détermination, sur recommandation du médiateur, à imposer des sanctions à l'encontre des parties qui bloqueraient le processus de paix en n'honorant pas les engagements pris dans le cadre de l'accord de Pretoria.
Enfin le Conseil rend hommage au président sud-africain, Thabo Mbeki, pour ses efforts inlassables de médiation et lui demande de poursuivre ses efforts en vue de faciliter l'aboutissement du processus de paix.

05 juillet 2005 19:10:00




xhtml CSS