Le CPJ demande la libération immédiate d'un journaliste zimbabwéen

New York, Etats-Unis (PANA) - Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), un organe de surveillance des médias, demande aux autorités zimbabwéennes de libérer immédiatement Kenneth Nyangani, journaliste du quotidien "NewsDay" et de retirer les charges portées contre lui.

Le CPJ déclare dans un communiqué publié mardi à New York que M. Nyangani a été arrêté lundi et accusé de "nuisance criminelle". Il aurait été arrêté pour avoir écrit que la Première dame Grace Mugabe avait offert des sous-vêtements d'occasion à des sympathisants du parti au pouvoir, la Zanu-PF, d'après son avocat Passmore Nyakureba.

La Police a tout d'abord indiqué qu'elle inculperait le journaliste pour diffamation criminelle, ce qui a été déclaré anticonstitutionnel par le tribunal, selon Me Nyakureba qui est cité par Zimbabwe Lawyers for Human Rights. M. Nyangani comparaît aujourd'hui devant le tribunal.

"Les autorités zimbabwéennes doivent cesser de harceler Kenneth Nyangani et le libérer immédiatement sans l'inculper", a déclaré Angela Quintal, coordonnatrice du Programme Afrique à CPJ.

"Le fait que la Police ait dû rechercher un nouveau chef d'inculpation car le premier était anticonstitutionnel montre que cette arrestation vise uniquement à intimider les journalistes zimbabwéens et les pousser à s'autocensurer", conclut Mme Quintal.
-0- PANA PR/MA/NFB/TBM 04oct2017

04 octobre 2017 11:12:39




xhtml CSS