Le CPJ demande la libération de journalistes arrêtés dimanche en Ethiopie

Nairobi, Kenya (PANA) - Le Comité pour la protection des journalistes a demandé lundi aux autorités éthiopiennes de libérer cinq journalistes - Eskinder Nega, Temesghen Desalegn,  bloggers de Zone 9, Befekadu Hailu et  Mahlet Fantahun, et Zelalem Workagegnehu - arrêtés dimanche par les forces de sécurité, alors qu'ils se réunissaient dans la maison de Temesghen à Addis-Abeba, selon les informations obtenues et un communiqué de l'Association pour les droits de l'Homme en Ethiopie, basée en Suisse.

Tous les cinq journalistes avaient été emprisonnés quelques semaines auparavant, d'après CPJ.

Les autorités n'ont annoncé aucune charge retenue contre les journalistes. En vertu de l'Etat d'urgence instauré en Ethiopie en février, une autorisation est nécessaire pour organiser de grandes manifestations et les autorités peuvent procéder à des arrestations sans mandat, selon une information donnée par l'Agence éthiopienne de presse (publique).

"Nous demandons aux autorités de faire connaître le crime dont elles accusent ces journalistes ou alors de les relâcher", a déclaré Angela Quintal, Coordonnatrice du Programme CPJ Afrique à New York.

"L'Ethiopie ne doit pas utiliser l'Etat d'urgence comme prétexte pour museler tout journaliste critique, particulièrement ceux qui ont déjà souffert de façon inimaginable lors de précédentes incarcérations", a-t-elle estimé.

Ces mises en détention ont lieu parmi une vague d'arrestations survenue ces derniers jours en Ethiopie, selon l'Association pour les droits de l'Homme en Ethiopie et Addis Standard.
-0- PANA MA/NFB/JSG/IBA 27mar2018

27 Março 2018 11:39:15




xhtml CSS