Le CPJ appelle le gouvernement gambien au respect de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO sur le cas des journalistes

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a appelé mercredi le gouvernement gambien au respect de l'arrêt de la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et à abroger d'urgence les dispositions du régime juridique sur les médias relatives à la diffamation, à la sédition et aux fausses nouvelles.

L'arrêt de la Cour de justice rendu ce mercredi a relevé que les articles criminalisant les discours et leur traitement de quatre journalistes, au moment de leur arrestation, constituaient une violation de leurs droits.

La coordonnatrice du programme Afrique du CPJ, Angela Quintal, s'est réjouie d'une décision perçue comme un coup de main refermant la porte du harcèlement de la presse sous l'ère de l'ancien président Yahya Jammeh.

"Le gouvernement gambien, sous l'administration du président Adama Barrow, devrait veiller à ce qu'il n'y ait aucun retard dans l'exécution du jugement de la CEDEAO, de sorte que les médias puissent fonctionner librement sans crainte de représailles", a déclaré Mme Quintal.

Les journalistes concernés par la décision de la Cour de justice sont Fatou Camara, Fataou Jaw Manneh, Alhagie Jobe et Lamin Fatty. Ils vivent en exil par crainte de potentielles persécutions.

Le CPJ et des organisations partenaires avaient adressé un mémoire - amicus curiae - à la Cour de justice pour son éclairage dans le cadre de l'instruction de cette affaire.

-0- PANA BAL/TBM/SOC 14fév2018

14 Fevereiro 2018 22:16:35




xhtml CSS