Le Burkina Faso sous le choc au lendemain de la double attaque de Ouagadougou

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) - Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, a condamné, dans une déclaration, la double attaque de vendredi contre l’ambassade de France à Ouagadougou et le siège de l’Etat-major des armées du Burkina Faso, la troisième enregistrée par le pays en moins de trois ans.

"Je condamne avec la plus grande énergie cette attaque lâche et barbare contre notre pays et notre peuple", a dit Roch Marc Christian Kaboré soulignant que son pays  poursuivra avec détermination et sans faiblesse sa construction d’un Etat de droit.

"Je suis choqué par ce qui s’est passé à double titre. Cela montre, d’une part, la situation de fragilité de notre système sécuritaire et d’autre part, que la lutte contre le terrorisme doit être intense", a déclaré à la PANA, Sawadogo Ousmane, un commerçant.

Le vendredi 02 mars 2018, aux environs de 10h, des attaques armées et synchronisées ont eu lieu dans la ville de Ouagadougou et touchant plusieurs cibles dont l’Etat-major des Armées nationale et l’ambassade de France.

L’attaque n’est pas revendiquée pour l’instant. Les assaillants ont utilisé un véhicule piégé dans le siège de l’Etat-major des armées du Burkina Faso, selon le ministère de la Sécurité.

Au total, huit soldats burkinabè ont perdu la vie, alors que huit assaillants ont été abattus et 80 personnes blessées.

Depuis la chute du régime de l’ex-président Blaise Comporé, en 2014, le Burkina Faso, qui était épargné des attaques terroristes, est tombé dans un cycle d’attaques depuis 2015.

Le pays en a déjà enregistré plus de 80 attaques ayant fait plus de 130 morts.
-0- PANA NDT/JSG/SOC 03mar2018

03 mars 2018 09:41:13




xhtml CSS