Le Brésil réaffirme son appui à la "révolution verte" en Afrique

Syrte- Libye (PANA) -- Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a réitéré à Syrte (Libye), l'engagement de son pays à aider l'Afrique à promouvoir sa propre "révolution verte" pour relancer sa productivité agricole et la sécurité alimentaire.
Le chef d'Etat brésilien s'exprimait à l'ouverture, mercredi, de la 13ème session ordinaire du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement africains, qui se déroule jusqu'au 3 juillet prochain et à laquelle il prend part en tant qu'invité d'honneur.
Lula da Silva a déclaré que c'est dans cet objectif d'aider l'Afrique à promouvoir la révolution verte que son pays a récemment ouvert au Ghana un bureau de la Société brésilienne de recherche agropastorale (Embrapa), qui, selon lui, a fait du Brésil une puissance agricole mondiale.
Le président brésilien a déclaré qu'il était confiant que Embrapa pourrait reproduire dans la savane africaine la même transformation technologique et de productivité qu'elle a réalisée dans le cerrado brésilien.
"Cette révolution ne se fait pas sans l'agriculture familiale et la création d'emplois et de revenus à la campagne.
L'expérience brésilienne démontre que la productivité de la petite agriculture et la durabilité de la production des aliments sont fondamentales pour éradiquer la faim", a-t-il affirmé.
Selon Lula da Silva, des investissements dans l'agriculture qui créent des emplois sont la meilleure forme de garantir une vie digne aux citoyens.
A ce propos, il a cité le phénomène de l'immigration clandestine qui affecte la jeunesse africaine, indiquant que l'"on ne peut pas considérer la problématique des migrations sans pour autant examiner leurs causes socio-économiques car c'est en créant des opportunités de travail décent que nous pourrons réduire leurs aspects conflictuels".
Il a ajouté que la bio-énergie "est une autre révolution que nous pouvons réaliser ensemble, dans la mesure où la production et la consommation des biocarburants dans les normes sociales et environnementales rigoureuses offriront de potentiels bénéfices aux pays et peuples africains".
Il a annoncé, à cet effet, avoir ordonné des études pour installer en Afrique une unité productive de canne-à-sucre, liée à une usine expérimentale d'éthanol.
Il s'est également dit convaincu que les investissements dans la technologie et la gestion "sont aussi une meilleure réponse nous permettant d'affronter la compétition déloyale des subventions des pays riches".
Dans ce contexte, il a rappelé que son pays est en train d'implanter au Mali une ferme-modèle de production de coton afin de renforcer les capacités des chercheurs locaux, ainsi que ceux du Burkina Faso, du Tchad et du Bénin.
D'après le président brésilien, ces quatre pays africains sont ceux qui souffrent le plus de la "concurrence prédatrice" des subventions agricoles de l'Occident, alors que le Brésil envisage d'étendre son initiative malienne à d'autres pays africains.
Le 13ème sommet de l'Union africaine (UA) à Syrte, se déroule sous le thème "Investir dans l'agriculture pour une croissance économique et la sécurité alimentaire".
Les ministres africains de l'Agriculture avaient adopté, début 2009, une stratégie de "Révolution verte africaine" (AGRA, sigle en anglais) comme mécanisme pour aider à relancer la productivité agricole et la sécurité alimentaire dans le continent.
L'AGRA a été adoptée lors d'une conférence organisée du 9 au 10 février 2009 dans la capitale namibienne, Windhoek.

02 juillet 2009 20:47:00




xhtml CSS