Le Brésil leader dans l'enseignement de l'histoire de l'Afrique

Harare, Zimbabwe (PANA) - Le Brésil est le seul pays à avoir adopté une loi qui prône l'enseignement de l'histoire et de la culture africaines, y compris l'histoire afro-brésilienne, aux cycles primaire, secondaire et pré-scolaire, a-t-on appris mercredi à Harare, au Zimbabwe, au cours d’une réunion d'experts de l'UNESCO.

La réunion est organisée pour promouvoir l'enseignement de l'histoire fondée sur la perspective culturelle africaine.

L'introduction de la loi en 2003 a abouti à la production et à la diffusion d'informations sur l'histoire africaine et afro-brésilienne et la culture à travers le Brésil.

Un spécialiste de programme à l'UNESCO-Brésil, Marilza Regattieri, qui a présenté un document sur "Brésil-Afrique: Histoires croisées", a toutefois indiqué qu'il y avait eu des défis dans l'application de la loi tel que le développement d'une nouvelle culture d'école.

"Nous avons connu des défis jusqu'ici comme l'approche des matériaux car les matériaux ne portent que sur l'esclavage et relatent la version européenne. Par ailleurs, les formations des enseignants ne les préparent pas à se prononcer à ce sujet", a-t-il déclaré à la PANA.

Le projet «Brésil-Afrique: Histoires croisées» comprend la surveillance de l'application de la loi, la production et la diffusion d'informations sur l'histoire de l'Afrique et du peuple afro-brésilien et des conseils sur l'élaboration des politiques publiques.

Le projet vise à identifier les questions essentielles, les progrès et les défis concernant la mise en œuvre de la loi, à collaborer à l'élaboration de stratégies pour la réalisation de politiques publiques en conséquence, ainsi qu'à systématiser, produire et diffuser des connaissances sur l'histoire et la culture de l'Afrique.

Une grande partie de l'enseignement de l'histoire en Afrique est encore eurocentriste et c'est dans ce contexte que l'utilisation pédagogique de l'Histoire générale de l'Afrique de l'UNESCO a été lancée pour définir un plan de travail.

La réunion de l'UNESCO va jeter les bases du développement de contenus pédagogiques communs à l'usage des écoles africaines.

Environ 65 experts venus de 36 pays en Afrique et de sa diaspora (Etats-Unis, Brésil, Trinidad et Tobago, France), sont présents à la réunion de cinq jours qui a débuté lundi pour définir la méthodologie, déterminer les méthodes, les équipes de travail et élaborer un plan de travail.
-0- PANA MM/SEG/AKA/AAS/IBA  07sept2011

07 september 2011 15:09:16




xhtml CSS