Le Brésil déploie son influence industrielle en Afrique

Syrte- Libye (PANA) -- Le Brésil, une des économies latino-américaines en expansion, envisage de déployer son influence industrielle croissante à travers l'Afrique, avec des projets allant d'unités industrielles qui vont produire de l'éthanol à des unités d'assemblage de véhicules (au Mozambique), en passant par une unité de fabrication de médicaments en Afrique.
Le président brésilien, Lula da Silva, l'hôte d'honneur du sommet de l'UA de cette année, a déclaré que son pays était prêt à s'engager avec les dirigeants africains dans des projets destinés à booster la production alimentaire et était déjà sur le point de mettre en oeuvre ses propres versions de “révolution verte brésilienne” en Afrique de l'Ouest, y compris au Ghana, qui en a bénéficié.
“Le Brésil s'engage à aider l'Afrique à promouvoir une révolution verte.
Nous avons au Ghana un projet similaire destiné à créer la Savane d'Afrique tel que ceux que nous avons créé au Brésil”, a dit le président brésilien aux leaders africains.
Le Brésil est en train d'investir dans des unités de production d'éthanol en Afrique de l'Ouest et dans une partie de l'Afrique du Nord, dans un effort visant à élargir les rêves d'industrialisation de l'Afrique.
L'état sud américain entreprend actuellement des projets-pilote au Burkina Faso, au Mali et au Tchad.
Le Brésil travaille à la signature de certains accords spécifiques avec des pays africains pour la mise en oeuvre de projets destinés à améliorer l'agriculture, la santé et l'environnement en Afrique.
Le président da Silva a déclaré que le Brésil investirait dans le secteur du sucre en Afrique et avait identifié certains pays, dont le Mozambique, où il prévoyait d'investir dans une unité d'assemblage de véhicules.
Il a fait savoir que des plans étaient en cours pour l'installation d'une unité pilote d'éthanol pour exploiter l'énergie en Afrique et augmenter la production d'alcool dans le continent.
"Ces projets ont été identifiés au Mali, au Burkina Faso et au Tchad", a-t-il dit, ajoutant: “Nous allons élargir cette initiative à tous les pays africains après avoir signé des accords sur certains de ces secteurs”.
Les leaders africains réunis dans la ville libyenne de Syrte, à 600 kilomètres de la capitale, Tripoli, sont prêts à entamer le débat sur l'agriculture et ses effets sur la révolution économique africaine.
Le président da Silva a déclaré que le Brésil, à l'instar de plusieurs pays africains, fait encore face aux défis liés à la pauvreté et à l'insécurité alimentaire et est prêt à échanger des idées avec les leaders africains sur la façon de relever certains de ces défis.
Le Brésil est aussi en train de construire une unité industrielle au Mozambique où il envisage de commencer une production à grande échelle de médicaments anti-rétroviraux utilisés pour prolonger la vie des personnes affectées par le VIH/SIDA.

01 juillet 2009 16:09:00




xhtml CSS