Large condamnation de l'attaque-suicide contre le siège de la Commission électorale libyenne

Tripoli, Libye (PANA) - L'attentat-suicide contre le siège de la Haute Commission nationale électorale libyenne (HNEC) à Tripoli, tuant mercredi 14 personnes et en blessant 20 autres dont certains dans un état critique, revendiqué par l'organisation Daech, a suscité un vaste élan de solidarité avec la Libye, notamment à l'étranger, et une dénonciation sans appel à l'intérieur du pays d'un acte qualifié "de terroriste" et "d'abominable".

Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, a décrété un deuil national de trois jours pour les victimes de l'attentat terroriste qui a ciblé le siège de la Haute Commission nationale électorale.

Lors d'une visite d'inspection mercredi soir sur le lieu de l'attentat, M. al-Sarraj a affirmé que les organes du ministère de l'Intérieur "travaillent pour déterminer les circonstances et identifier les terroristes et les éléments impliqués", ajoutant que "le terrorisme cherche à perturber le processus démocratique en Libye, de déstabiliser le pays et de saper la détermination du peuple libyen à parachever son processus la démocratique sur la voie de la construction d'un état civil moderne".

Auparavant, le Conseil présidentiel du gouvernement de réconciliation nationale a condamné l'attentat terroriste, le qualifiant "de traître", affirmant dans un communiqué, que les explosions ne "nous empêcheront pas d'apporter notre appui à la HNEC, ni d'honorer l'engagement du gouvernement à poursuivre le processus démocratique et d'organiser des élections qui mèneront la Libye vers sécurité".

Pour sa part, le Parlement a condamné l'attaque "terroriste" qui a visé le siège de la Commission nationale pour les élections.

Dans un communiqué, le Parlement a indiqué qu'"au moment où la Chambre des représentants déclare sa condamnation de cet acte terroriste lâche qui a ravi la vie de personnes innocentes par la propagation de la pensée du terrorisme et de l'extrémisme, qui vise à semer le chaos, la dévastation, la destruction et à empêcher la mise en place des institutions étatiques ainsi
qu'entraver le processus démocratique, elle présente ses sincères condoléances aux familles des victimes, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés".

Le commandement général de l'armée nationale libyenne, basée à l'Est, fidèle au maréchal Khalifa Hafter, a dénoncé l'attentat-suicide contre le siège de Haute Commission électorale à Tripoli.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, l'armée libyenne a indiqué que l'attentat- suicide "n'est qu'une tentative désespérée du terrorisme de perturber le processus démocratique en Libye, auquel aspire le commandement général".

Le communiqué a souligné que "l'armée libyenne n'arrêtera pas la lutte contre le terrorisme afin que chaque citoyen libyen profite de la sécurité et exerce sa pleine liberté et son droit démocratique.

Au niveau international, les réactions de condamnation ont été unanimes. Ainsi, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) a condamné avec les "plus dures expressions" l'attaque "terroriste", précisant que "cette attaque ne dissuadera pas les Libyens à aller de l'avant dans le processus d'établissement de l'unité nationale et la primauté du droit et des institutions".

La Mission de l'ONU a appelé les autorités libyennes à poursuivre et punir les criminels dès que possible.

Pour sa part, l'Union européenne a appelé à "une enquête immédiate sur l'attaque" contre le siège de la Commission nationale électorale, assurant que l'attaque a "ciblé directement le travail de la Commission".

Un porte-parole de l'UE a, dans une déclaration au sujet de l'attaque, affirmé que la Haute Commission nationale pour les élections en Libye "joue un rôle important dans le développement des institutions légitimes en Libye", exprimant ses condoléances aux familles des victimes et souhaitant un prompt rétablissement aux blessés.

L'Union européenne a souligné que "les élections à venir en Libye sont essentielles pour établir une gouvernance stable, unifiée, représentative et efficace dans le pays. Elles donneront aux citoyens libyens la possibilité de façonner l'avenir de leur pays en exerçant leur droit de vote".

L'Arabie saoudite a condamné l'attaque du siège de la Commission électorale nationale mercredi matin, qualifiant le forfait d' "attaque-suicide".

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a réitéré "la position de l'Arabie Saoudite contre le terrorisme et l'extrémisme", et présente ses condoléances aux familles des victimes, au gouvernement et au peuple libyens".

De son côté, l'Italie a "condamné fermement l'attaque terroriste ignoble" qui a frappé le siège de la Commission nationale.

Le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Angelino Alfano, a déclaré dans un communiqué publié par le ministère italien des Affaires étrangères à Rome, "nous sommes avec les familles des personnes touchées, à qui nous adressons nos plus sincères condoléances. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés".

Il a ajouté : "Nous confirmons notre ferme soutien aux institutions libyennes dans cette épreuve difficile. Il n'y a pas de place pour le terrorisme en Libye, les responsables doivent être identifiés dès que possible et traduits en justice".

Le Royaume-uni a condamné, pour sa part, l'attentat contre le siège de la Commission électorale nationale à Ghot Chaal dans la capitale Tripoli, qui a été menée par deux kamikazes de l'organisation Daech.

Le ministre britannique des Affaires au Moyen-Orient, Alistair Burt a, dans un communiqué publié par le site Web du ministère, écrit: "Je suis très préoccupé d'entendre les nouvelles de l'attaque contre le siège de la Haute Commission électorale à Tripoli aujourd'hui. Je condamne cette attaque dans les termes les plus forts, et je transmets mes plus sincères condoléances aux familles de ceux qui sont morts dans cette attaque".

"La Commission électorale a un rôle très important à jouer pour soutenir les progrès de la Libye sur la voie démocratique. Le Royaume-uni continuera à soutenir la Libye et que son engagement à soutenir tous les Libyens demeure ferme", a-t-il souligné.

On rappelle que l'organisation terroriste Daech qui a revendiqué l'attaque, a indiqué que l'opération "intervient en réponse à l'appel du cheikh Abou al-Hassan al-Mouhajer" qui a exhorté à "cibler les centres électoraux polythéistes et ceux qui les soutiennent", selon la publication de l'organisation sur les réseaux sociaux.

Pour sa part, le ministère libyen de l'Intérieur au sein du gouvernement de réconciliation nationale a annoncé la formation de comités d'enquête sur "l'acte terroriste lâche" qui a ciblé mercredi matin, le siège de la Commission électorale nationale dans la capitale Tripoli.

Le président de la Haute Commission électorale nationale, Imed al-Sayeh, a affirmé que toutes les données des électeurs sont conservées dans un endroit sûr et n'ont pas été atteintes.

M. al-Sayeh a déclaré, lors d'une conférence de presse mercredi, que la commission est toujours forte et qu'elle peut organiser des élections à tout moment si on le lui demande.
-0-PANA BY/BEH/SOC 02mai2018

02 mai 2018 21:44:46




xhtml CSS