Lancement du projet de prévention de la transmission mère-enfant

Brazzaville- Congo (PANA) -- Le Programme national de lutte contre le SIDA (PNLS) a lancé un projet de prévention de la transmission de la mère à l'enfant en vue de réduire le taux d'infection d'ici à 2005, a-t-on appris mercredi à Brazzaville de source proche du ministère congolais de la Santé.
Plusieurs femmes en âge de procréer et enceintes vont être sensibilisées et informées sur les modes de transmission sexuelle de la mère à l'enfant par une approche de proximité d'information, d'éducation et de communication à Brazzaville et à Pointe-Noire (sud-ouest) d'ici à la fin de 2001.
Les ONG et associations oeuvrant dans la lutte contre le SIDA se sont engagées à tout mettre en oeuvre pour que le projet permette la réduction de ce fléau, le sauvetage du couple mère- enfant, le changement de comportement et le dépistage volontaire.
Le projet porte sur neuf activités, notamment l'évaluation rapide de la situation épidémiologique de la transmission du SIDA de la mère à l'enfant, l'amélioration de l'accès des femmes enceintes aux services de consultations prénatales et de soins obstétricaux, la garantie de la confidentialité et l'assurance d'accès des femmes en grossesse aux activités de conseil et de dépistage volontaires gratuites du SIDA et d'autres services de soins.
L'administration prophylactique de la "viramine" au cours de l'accouchement à la femme enceinte séropositive et chez le nouveau-né fait partie également des tâches de ce projet qui englobe aussi la fourniture des services de traitement par les antirétroviraux aux couples séropositifs.
Les activités sont mises en oeuvre dans le cadre d'un travail de proximité dans les centres de santé intégrés, les centres de santé maternelle et infantile, les maternités et les quartiers ciblés par les professionnels de la santé et les membres des ONG, associations professionnelles et confessions religieuses.
On prévoit la collaboration des institutions scientifiques.
Les statistiques de 1997 révèlent que 4% de femmes enceintes à Brazzaville étaient porteuses du virus du SIDA contre 15% à Pointe-Noire, principal centre économique du Congo.
La forte prévalence de la maladie à Pointe-Noire, s'explique par la grande concentration humaine due à l'exploitation pétrolière, maritime et portuaire accentuant le vagabondage sexuel très prononcé, indiquent les spécialistes.

10 octobre 2001 11:26:00




xhtml CSS