Lancement d’une campagne contre le VIH/SIDA au niveau des sites des Jeux africains à Brazzaville

Brazzaville, Congo (PANA) – Le secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA (CNLS) vient de lancer, en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), une campagne afin de préserver tous les sportifs et les spectateurs des Maladies Sexuellement Transmissibles, notamment le VIH/SIDA, au niveau des sites des Jeux africains, a appris mardi la PANA de source officielle.

Selon la représentante du FNUAP au Congo, Barbara Laurenceau, cette compagne passe à travers la promotion de l’utilisation des préservatifs. Au total, 94.691 préservatifs, dont 4.359 féminins et 90.232 masculins, sont distribués sur les sites et dans les hôtels depuis le début des 11èmes Jeux africains de Brazzaville.

"C’est une campagne qui se tient à travers le monde, dans les événements, notamment festifs pour encourager les jeunes à se protéger, quelle que soit la situation et s’assurer que l’ambiance de festivité ne tourne pas au drame avec des grossesses non désirées ou des maladies transmissibles", a déclaré Mme Barbara Laurenceau.

Cette initiative conjointe est vivement saluée par les athlètes et encadreurs, surtout étrangers qui veulent regagner leurs familles sans être infectés.

"Ce préservatif me sera utile dans la mesure ou cette campagne vise à sensibiliser et à prévenir la population sur le mal du siècle qu'est le VIH. Quand on a un préservatif en sa possession, on est sécurisé, parce que le réflexe de l’utiliser pour éviter les Maladies Sexuellement Transmissibles est là", a indiqué un membre de la délégation du Burkina Faso, M. Tamini, qui a invité "la population à s’en procurer parce que c’est nécessaire partout où nous allons. Nous devons nous économiser et économiser notre santé".

"Nous avons dans tous les sites des 11èmes Jeux africains une équipe qui assure la sensibilisation et la distribution des préservatifs. Elle va là où les sportifs sont logés, place les préservatifs dans les bus pour qu’ils viennent s’en servir. Le SIDA ne connaît ni célébrité ni sportif ni nationalité. Tous, nous devons nous protéger pour être à l’abri du VIH/SIDA", a souligné l’assistant à la réponse sectorielle au Secrétariat exécutif permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA, Charles Roger Diankembo.
-0- PANA MB/TBM/IBA 15sept2015

15 septembre 2015 12:57:49




xhtml CSS