Lamamra plaide pour l'architecture africaine de paix et de sécurité

Tripoli- Libye (PANA) -- Le commissaire à la Paix et la Sécurité de l'Union africaine, Ramadhane Lamamra, a appelé mercredi à Tripoli à la concrétisation effective de l'architecture africaine de paix et de la sécurité.
Il a affirmé qu'elle constitue l'unique moyen de réaliser "la vision d'une Afrique unie et forte, en paix avec elle-même et avec autrui, telle qu'articulée dans l'acte constitutif de l'Union africaine (UA) et dans la Déclaration solennelle sur la politique africaine de défense commune".
S'exprimant mercredi à Tripoli lors de la quatrième réunion des ministres de la Défense de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), M.
Lamamra a indiqué que cette architecture constitue un ensemble d'outils fonctionnels articulés autour du Conseil de sécurité et de paix (CPS) et soutenus par nombre de structures dont le Groupe des sages chargé de faciliter les efforts de prévention des conflits, le Système continental d'alerte rapide, le Fonds de la paix et la Force africaine en attente.
Il a souligné que ces instruments visent à répondre, de manière globale et en parfaite complémentarité, à tout le spectre de complexité des crises sur le continent à travers une gamme d'activités allant de la prévention structurelle à la reconstruction post-conflit.
Abordant la rencontre des ministres de la Défense de la CEN-SAD, M.
Lamamra a formulé le vœu que les recommandations permettent d'accélérer une meilleure intégration régionale vers un plus grand soutien aux effets continentaux.
"Du fait même de la nature des menaces qui se développent et des défis structurels auxquels il est confronté, l'espace sahélo-saharien, gagne à s'inscrire dans cette logique d'intégration et de prévention afin que les arrangements de sécurité collective qui sont mis en place par les pays de la région atteignent un niveau élevé d'efficacité", a-t-il déclaré.
Il a énuméré ces défis incarnés dans la lutte contre le terrorisme, phénomène qu'il a qualifié "de stratégiquement en déclin et qui trouve dans sa jonction avec le crime transfrontalier organisé et dans le payement de rançons dans le cadre de libérations d'otages, les leviers d'une dangerosité circonstancielle non négligeable".
"L'Afrique aura effectivement engagé une entreprise salutaire de renouveau dans la sphère vitale de la paix et de la sécurité, parallèlement aux efforts sur l'intégration économique si son architecture de paix et de sécurité sera pleinement opérationnelle", a ajouté M.
Lamarana.
Il a plaidé pour la promotion de l'unification et de la mutualisation des moyens de formation et d'entraînement dans un sens panafricaniste et pour la préparation des autres outils structurels dans le contexte d'une politique africaine de défense commune.

30 june 2010 17:03:00




xhtml CSS