La volonté politique, facteur déterminant dans l'adoption de la Planification familiale en Afrique

Johannesbourg, Afrique du Sud (PANA) - Dans une interview qu'il a accordée au journal burkinabé, Sidwaya, en prélude aux manifestations des 60 ans de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), le directeur régional, Lucien Kouakou, était optimiste quant à l'engagement pris par les Etats africains qui ont reconnu le bien-fondé de la Planification familiale.

Le responsable régional  a mis en exergue la "ferme volonté" de certains Etats  d'honorer leurs engagements,  "à l’instar du Burkina Faso dont l’Association  pour le bien-être familial (ABEF) a été reconnue d’utilité publique et décorée de la médaille de Commandeur de l’Ordre du mérite".

M. Lucien Kouakou, qui souhaite que "cela puisse servir d’exemple à tout notre continent" ne perd pas de vue les difficultés que l'IPPF et ses partisans ont traversées pour obtenir "l’introduction de la planification familiale sur le contient africain". 

L'ouvrage "60 ans, 60 récits", que la première Dame de la Namibie, Mme Penehupifo Pohamba, présentera ce mardi, lors de la soirée de gala marquant les 60 ans de  l’IPPF'   retrace quelques uns de ces moments au cours desquels "des individus et des associations membres de la Fédération ont été confrontés à d’énormes problèmes en essayant de promouvoir les avantages de la planification familiale aux niveaux mondial et national". 

"Au Burkina Faso, un groupe  de volontaires avait essuyé des jets de pierres pour avoir propagé des messages sur la planification familiale", rappelle l'ouvrage, qui rapporte également le sort réservé en 1973 à trois livres sur l’éducation sexuelle (Ujana, jando na Unyago et Utu uzima) produits par Dar-es-Salaam Family Planning Association (devenue à l'époque " Chamacha Uzazi Kwa Wazazi WaTanzania" (UMATI). 

"Sérieusement critiqués par les Députés qui ont soutenu qu’ils contenaient des messages inacceptables destinés aux jeunes",  ces livres ont été brûlés, soutient l'ouvrage, qui révèle toutefois que "de nos jours, la planification familiale est reconnue  par les pays africains, dans des documents de politique, pour sa contribution au développement durable". 

"60 ans, 60 récits" attribue ces résultats "à l’utilisation,  dans les années 1960 à 1990, de stratégies innovantes parmi lesquelles l'entrée des associations membres de la Fédération internationale pour la planification familiale- région Afrique, en partenariat avec les gouvernements, pour la prestation de services de planification familiale et de santé de la reproduction.

C'est ainsi qu'au Liberia, "le gouvernement a reconnu en 1973, dans sa Déclaration de Politique nationale de Santé' que Family Planning Association of Liberia (FPAL ) représentait un partenaire indispensable dans le processus de développement socio-économique", ouvrant la voie au Parlement qui a  voté, le 23 août 1976, une loi reconnaissant l’Association.

"Au Ghana, au Kenya et en Ouganda, le partenariat établi respectivgement  entre Planned Parenthood Association of Ghana (PPA G), Family Planning Association of Kenya (FPA K) et Family Planning Association of Uganda (FPAU ) ont vu les gouvernements de ces pays  leur accorder un  espace au sein des infrastructures publiques de santé", rapporte le document.

Ce qui a permis à  PPA G et FPA K d'engager le plaidoyer pour que l’Education à la Vie familiale (EVF) soit intégrée non seulement dans les programmes des écoles, mais aussi dans ceux des institutions de formation des formateurs, tandis qu'en Ouganda, FPAU , en collaboration avec IPPF, a obtenu que l’Université de Makerere élabore en 1975 un cours sur la Population et le Développement et que le ministère de la Santé accepte l’espacement des naissances comme une composante importante des soins de santé.

La Tanzanie n'était pas en reste dans ces fructueux retournements de situation, le ministère de l’Education ayant invité UMATI à l’assister, en vue de développer pour les écoles des matériels didactiques sur la santé sexuelle et reproductive. 

"Ce partenariat fructueux entre les gouvernements et les associations a été reconnu dans un rapport de l’IPPF-Région Afrique, lors du Conseil central de l'IPPF à Marrakech (Maroc) en 1991", ajoute le document, pour marquer l'efficience de cette stratégie. 
-0- PANA SSB/SOC 26nov2012

26 novembre 2012 20:55:27




xhtml CSS