La violence domine l'actualité à Derna et Sebha

Tripoli, Libye (PANA) - Les journaux libyens paraissant cette semaines se sont focalisés sur les affrontements armés qui se sont intensifiés ces derniers jours à Sebha (800 km au sud de Tripoli) opposant les tribus de Awlad Sleiman et des Toubous faisant 45 victimes et les combats qui se déroulent à la périphérie de la ville de Derna (Est), à la faveur de l'offensive lancée par l'armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Khalifa Haftar au moment où l'émissaire de l'ONU œuvre à activer son plan de sortie de crise.

Le journal "al-Wassat" s'est intéressé à la recrudescence de la violence à Sebha avec la reprise des violents affrontements à l'arme lourde entre les tribus Awlad Sleimna et les Toubou en violation de la trêve qui était observée jusqu'à présent grâce à une médiation des tribus et dignitaires dans la région.

Rapportant un communiqué du président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, le journal a écrit qu'il a exprimé sa grande préoccupation face à l'escalade militaire dans la ville de Sebha, demandant une trêve et un cessez-le-feu immédiats.

Selon le journal, M. al-Sarraj a appelé les parties en conflit à Sebha à "recourir à la raison", les exhortant à adopter l'approche du dialogue et de la compréhension mutuelle.

M. al-Sarraj a réitéré son engagement à assurer la sécurité et la stabilité de la région Sud, appelant toutes les parties "à respecter les décisions de la Commission" formée par le Conseil présidentiel pour le suivi de la situation au sud, qui, dit-il, "comprend les différentes composantes sociales et a été créée à la suite d'une visite de terrain à Sebha pour assurer la trêve et la prestation de services aux citoyens".

Se faisant l'écho de la réaction de la Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL), le journal a affirmé que la Mission est profondément troublée par l'escalade la plus récente de Sebha qui a fait plus de 45 victimes (morts et blessés) dont des civils.

La Mission appelle à la retenue, à la reprise du dialogue et à la prédominance des voies de la raison, a indiqué un tweet repris par le journal qui rappelle aux parties leur obligation de protéger la vie et les installations des civils en vertu du droit international humanitaire, assurant qu'elle déploiera tous les moyens possibles pour ramener le calme dans la ville.

Le journal rappelle que la ville de Sebha est le théâtre d'affrontements "inter-tribaux" ces derniers jours, les plus violents depuis février en raison d'affrontements entre les tribus d'Awlad Sleiman et les Toubou, qui ont provoqué le déplacement de plus de 200 familles.

Le bilan établi jusqu'à la semaine dernière depuis le déclenchement des affrontements fait état de 23 morts et 91 blessés, a précisé le journal.

De son côté, Afrigatenews a assuré une couverture de l'annonce faite par le commandant général de l'armée nationale libyenne basé à l'est, le maréchal Khalifa Haftar, de lancer une offensive militaire pour la libération de Derna.

Cette annonce a été faite lors d'un discours au cours d'une cérémonie marquant le quatrième anniversaire du lancement de l'opération "Karama" (Dignité) à Benina, à l'est de Benghazi, a précisé le journal qui cite Haftar, affirmant que: "les efforts de paix à Derna ont atteint une impasse", ajoutant que l'armée vise "à protéger le processus démocratique et la construction d'un Etat civil".

Le journal électronique a souligné que Haftar a indiqué que l'armée n'appartenait à aucun individu, famille ou tribu, mais qu'elle était l'armée de tous les Libyens, soulignant que l'institution militaire avait recouvré son dynamisme après "la conspiration fomentée par certains pays et groupes" qu'il n'a pas nommés.

Afrigatenews a affirmé que deux soldats ont été tués et 9 autres blessés lors du lancement de l'offensive suivie par des affrontements entre l'armée et des groupes radicaux islamistes à Derna, dernier bastion des djihadistes hors de contrôle de l'Etat libyen depuis 2011.

En 2014, Khalifa Haftar a lancé une opération militaire baptisée "Dignité" destinée à évacuer les milices islamistes de la ville de Benghazi où elles sont accusées de violences, notamment des assassinats et attaques contre les militaires, policiers, activistes de la Société civile, politiciens, journalistes, simples citoyens ou ressortissants de pays étrangers, a rappelé le journal.

Afrigatenews a indiqué, par ailleurs, que le président du Conseil de la Choura des Moudjahidines de Derna, alliance de groupes islamistes qui combattent l'armée, Attiya Saad al-Chaeri, a annoncé vendredi la formation d'une nouvelle force appelée "Force de protection de Derna" suite aux récents développements dans la ville.

"Le Conseil de la Choura des Moudjahidines de Derna a décidé de fusionner toutes les composantes de la ville en une nouvelle entité appelée Force de protection de Derna", a déclaré al-Chaeri lors d'une conférence de presse diffusée par la chaîne Libya al-Ahrar.

Il a condamné les bombardements perpétrés par les forces de l'armée nationale libyenne sur la ville, rappelant les combats qu'ils ont livrés contre l'organisation Daech qu'ils ont chassée de la ville avec le soutien des habitants, avant que l'organisation ne se réfugie dans la zone d'al-Fateh.
-0-  PANA BY/TBM/IBA   13mai2018

13 mai 2018 19:00:00




xhtml CSS