La réponse d'urgence à la flambée d'Ebola au Liberia est en cours, selon l'OMS

Monrovia, Liberia (PANA) - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les équipes des ministères libérien et guinéen de la Santé enquêtent sur les origines de la transmission du virus Ebola au cours de la dernière flambée au Liberia, après avoir appris qu'une femme qui est morte d'Ebola au Liberia, la semaine dernière, avait récemment voyagé en Guinée avec ses trois jeunes enfants.

L'agence de santé des Nations Unies a déclaré, dans un communiqué, publié lundi, que les autorités sanitaires libériennes ont rapporté que la femme est arrivée avec ses enfants, le 21 mars 2016, peu de temps après que son mari soit mort en Guinée de causes inconnues. Elle est restée avec la famille à Monrovia, où elle a développé des symptômes au cours de la semaine suivante. Elle a d'abord cherché des soins dans les cliniques locales et est morte en route vers un hôpital de Monrovia, le 31 mars 2016.

Le communiqué souligne que l'un de ses garçons avait été depuis testé positif pour la maladie du virus Ebola, ce qui porte le nombre de cas dans cette poussée à 2. Il est traité dans un établissement de soins à Monrovia. Ses deux autres enfants, plus sa sœur, sont étroitement surveillés par le personnel médical.

L'OMS a déclaré que les autorités sanitaires du Liberia ont rapidement réactivé les mécanismes nationaux d'intervention d'urgence et avec l'appui de partenaires-clé, ils se sont immédiatement mis au travail pour suivre, isoler les contacts des cas confirmés et ont intensifié les mesures de prévention des infections et de lutte contre la maladie, ainsi que la sensibilisation communautaire. Les équipes prévoient de lancer la vaccination des contacts avec le vaccin Ebola pour prévenir la propagation potentielle du virus.

«84 contacts des cas ont été identifiés au Liberia, depuis lundi et ont été placés sous observation médicale. Les ménages affectés ont reçu de la nourriture, de l'eau, des produits d'hygiène et des conseils», note l'OMS.

Ces derniers cas découverts au Liberia marquent la troisième flambée de maladie à virus Ebola dans ce pays depuis que sa première épidémie a été déclarée terminée, le 9 mai 2015. La flambée précédente au Liberia a commencé en novembre 2015 et a pris fin le 14 janvier 2016.

La semaine dernière, l'OMS a indiqué que l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest ne représentait plus une urgence de santé publique de portée internationale, soutenant que la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone avaient maintenant les capacités de détection et d'intervention pour gérer efficacement les petites épidémies quand elles se produisent.

Bien que le risque de poussées soit en déclin, l'OMS a réitéré qu'on devrait s'attendre à plus de cas, en grande partie en raison de la persistance du virus chez certains survivants.

Près de 1.000 spécialistes de l'OMS restent dans la région et sont prêts à contribuer aux opérations d'intervention d'urgence en cas de besoin et, en attendant, tentent de relancer et de renforcer les systèmes de santé dans les trois pays.
-0- PANA MA/AKA/IS/IBA 05avr2016

05 avril 2016 14:40:49




xhtml CSS