La réforme du secteur de la sécurité "élément essentiel" du maintien de la paix, selon de hauts responsables onusiens

New York, Etats-Unis (PANA) - De hauts responsables des Nations unies ont souligné l'importance de la réforme du secteur de la sécurité, qui, selon eux, pourrait faire la différence entre la paix et les conflits et entre la vie et la mort.

"La réforme du secteur de la sécurité est essentielle pour le maintien de la paix", a déclaré lundi le président de l'Assemblée générale, Miroslav Lajčák, lors d'une table-ronde de haut niveau sur le sujet.

"Les acteurs de la sécurité ont plusieurs outils puissants à leur disposition. Au-delà des armes et des menottes, ils disposent d'outils qui peuvent éloigner les sociétés des conflits", a-t-il précisé.

M. Lajčák a cependant ajouté que leurs rôles pouvait aussi être négatifs, car dans certains cas, ils peuvent être politisés, creuser les divisions, attiser les peurs et les tensions et abuser de leurs positions pour cibler et persécuter un groupe ou une communauté.

D'après un communiqué de l'ONU, il a expliqué qu'avec efficacité, responsabilité, professionnalisme et une bonne gouvernance, le secteur de la sécurité peut promouvoir une paix durable.

Pour s'assurer que les secteurs de la sécurité encouragent la paix, le président de l'Assemblée générale a souligné que le processus de réforme de ce secteur devait être national et bénéficier d'une implication régionale.

La participation des femmes est également importante, a-t-il ajouté, en notant aussi l'importance de ressources suffisantes et la nécessité d'une action cohérente et coordonnée de la part des acteurs impliqués.

La table-ronde de lundi s'est tenue à la veille de la réunion de haut niveau de deux jours sur la consolidation et le maintien de la paix que le président de l'Assemblée générale a convoquée pour ce mardi et mercredi pour évaluer les efforts faits et les opportunités de renforcer le travail des Nations unies dans ce domaine.

En s'exprimant aux côtés de M. Lajčák, Amina J. Mohammed, vice-Secrétaire générale des Nations unies, a également souligné l'importance de la réforme du secteur de la sécurité pour la réalisation de l'Agenda pour un développement durable à l'horizon de l'année 2030 ainsi que d'autres objectifs internationaux.

La réforme du secteur de la sécurité figure en bonne place dans les Objectifs de développement durable (ODD), en particulier l'Objectif 16 pour la promotion de sociétés pacifiques et inclusives et d'institutions efficaces, responsables et inclusives.

Le renforcement du secteur de la sécurité fait également partie de l'Objectif 2 du New Deal pour l'engagement dans les Etats fragiles.

"En bref, la réforme du secteur de la sécurité est un élément essentiel de la prévention et du maintien d'un agenda de paix", a déclaré Mme Mohamed, en soulignant que dans les pays en développement et les pays qui sortent d'un conflit, c'est un processus à la fois essentiel et difficile à mettre en œuvre.

"Pour l'essentiel, la réforme du secteur de la sécurité consiste à assurer la sécurité des femmes, des hommes et des enfants et à leur permettre de vivre leur vie sans peur", a-t-elle insisté.

La vice-Secrétaire générale des Nations unies a ajouté que relever les défis de la réforme du secteur de la sécurité durant les processus de paix contribuait aux efforts de stabilisation tout en soulignant l'importance de cette réforme comme mesure de prévention.
-0- PANA MA/FJG/JSG/IBA 24avr2018

24 avril 2018 10:32:06




xhtml CSS