La priorité du PM : remettre l'administration au travail

Bangui- RCA (PANA) -- La priorité du gouvernement de la Centrafrique est de remettre l'administration au travail, a déclaré mercredi à Bangui le Premier ministre centrafricain, M.
Martin Ziguelé, dans un entretien exclusif avec la PANA.
Déjà fortement perturbé par les grèves de travailleurs réclamant le paiement de leurs salaires -l'Etat devra à la fin du mois de juin 28 mois de salaires aux fonctionnaires- le fonctionnement de l'administration a durement ressenti les effets de la tentative de putsch du 28 mai dernier.
Selon m.
Ziguelé, beaucoup d'édifices administratifs ont été détruits et du matériel de travail pillé.
En outre, les écoles ne fonctionnent pas et l'appareil économique est paralysé.
Il faudra ensuite, a indiqué le Premier ministre, poursuivre l'assainissement des finances publiques "pour avoir les moyens de financer le fonctionnement de l'Etat et du développement".
M.
Ziguelé s'est par ailleurs montré très déçu par l'attitude de la communauté internationale qui n'aurait pas tenu la promesse faite au lendemain de la signature du Pacte de réconciliation nationale de 1998 d'aider à la restructuration des forces armées centrafricaines (FACA).
La RCA, a-t-il relevé, est le seul pays au monde sans caserne et sans prisons.
Les soldats dorment dans les quartiers, ce qui explique, selon lui, certains dérapages constatés lorsqu'ils sont sous l'emprise de l'alcool.
La communauté internationale n'a jamais rien fait pour aider à régler ce problème et la RCA attend encore les financements promis en mai 2000 à New York, a encore dit le Premier ministre, appelant tous les pays qui veulent aider la Centrafrique à le faire.
Il s'est d'autre part élevé contre les accusations de la Ligue centrafricaine des droits de l'homme selon lesquelles certains magistrats seraient inquiétés pour leur appartenance à l'ethnie Yakoma, celle du principal instigateur de la tentative du putsch, l'ancien chef de l'Etat, M.
André Kolingba.
M.
Ziguelé a affirme avoir personnellement veillé sur la securité de magistrats qu'il a extraits de leur quartier pour les mettre dans des lieux plus sûrs, citant notamment le cas de M.
Londoumon Jose Christian, président de la Chambre civile et commerciale de la Cour de cassation.
Dans une interview avec la PANA, le président de la Ligue, M.
Nicolas Tiangaye, avait affirmé que ce dernier, qui est Yakoma, se cachait, craignant pour sa vie.
Selon m.
Martin Ziguele, chaque Centrafricain devrait être soucieux de l'avenir du pays et oeuvrer dans le sens d'arrêter la descente aux enfers.
"c'est un problème individuel de conscience et de sursaut", a-t-il souligné.

27 juin 2001 19:49:00




xhtml CSS