La pression internationale s'intensifie sur Khartoum

Khartoum- Soudan (PANA) -- Dans le cadre de l'accentuation de la pression internationale sur Khartoum au sujet de la crise dans la région du Darfour, le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan ainsi que le secrétaire d'Etat américain, Colin Powell effectueront séparément une visite dans le pays mardi pour une évaluation de la situation humanitaire dans cette région troublée du Soudan.
Entre temps, le gouvernement a annoncé, vendredi, avoir adopté un certain nombre de mesures visant à faciliter le mouvement des organismes d'aide humanitaires dans la région.
les autorités de Khartoum ont favorablement accueilli la visite d'Anan dans un communiqué, mais n'ont pas fait de commentaires sur celle de Powell -premier haut responsable du gouvernement américain à se rendre dans le pays depuis la dernière brève escale au Soudan en 1978 de l'ancien secrétaire d'Etat, Cyrus Vance.
Annan a indiqué que l'objectif de sa visite était de s'assurer que le gouvernement de Khartoum protégeait effectivement les milliers de personnes du Darfour et qu'il désarmait les milices arabes accusés d'être les auteurs des multiples attaques qui ont entraîné plus de 30.
000 morts et près de un millions de personnes déplacées.
Il (le gouvernement) doit créer un environnement qui puisse permettre aux personnes déplacées de retourner dans leurs familles respectives, et s'engager très sérieusement avec la partie rebelle dans la perspective d'un accord politique ainsi que pour des négociations", s'est ainsi exprimé le patron des Nations unies au cours 'une conférence de presse, affirmant que "la communauté internationale devait se préparer à intervenir" au cas où Khartoum ne parvenait pas assurer cette protection.
Powell quand à lui, devrait fouler le sol soudanais avec dans ses valises une manne de 95 millions de dollars d'effort d'aide humanitaire que le congrès américain a approuvé jeudi dernier.
D'autres hautes personnalités ont récemment visité le pays, dont le vice-ministre italien des Affaires étrangères, Margherita Boniver, son homologue de la France, Renaud Muselier, le ministre suisse des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey et Carol Bellamy, directeur général de l'UNICEF.
Cette valse diplomatique coïncide avec le début de la saison des pluies, qui entravera certainement l'acheminement de l'aide dans la région à cause de l'impraticabilité des routes.
Khartoum subit actuellement de fortes pressions pour contenir les milices arabes pro-gouvernementales accusées de mener une campagne de nettoyage ethnique dans la région du Darfour.
Cependant, le gouvernement a nié toute complicité dans ces attaques des milices armées, mettant au plutôt ces troubles dans la région sur le compte des rebelles et groupes criminels.
Pas plus tard que la semaine dernière, le président Omar Hassan el-Bashir affirmait que le gouvernement avait ordonné à l'armée de désarmer les milices arabes "Janjaweed", de stabiliser la région et d'empêcher que les combats ne s'étendent au Tchad voisin.
le mouvement de libération du Soudan (MLS), et le mouvement pour la justice et de l'équité (MJE) dirigent depuis 16 mois la révolte des minorités indigènes Fur, Massalite et Zaghawa du Darfour, qui se sont toujours plaints d'être négligés et marginalisés par le gouvernement de Khartoum.

26 juin 2004 19:53:00




xhtml CSS