La presse libyenne: "Mandela, adoré par son peuple, est entré dans l'histoire par la grande porte"

Tripoli, Libye (PANA) - Les journaux libyens parus cette semaine ont réservé la plus grande partie de leurs analyses et éditoriaux à la mort du premier président noir de l'Afrique du Sud, Nelson Mandela, mettant l'accent sur le parcours de sa vie, à commencer par son combat contre le système de discrimination raciale, passant par les années de sa longue détention, sa présidence à la tête de l'Afrique du Sud et enfin son option pour la réconciliation nationale.

L'analyste de l'Agence libyenne d'informations a affirmé que: Mandela, adoré par son peuple, est entré dans l'histoire par la grande porte et est parti comme il a vécu, en champion, soulignant que des milliers de Sud-africains continuent de lui rendre un ultime adieu en s'inclinant devant la dépouille du combattant de la lutte contre l'apartheid, avant son inhumation, dimanche, dans sa lointaine province natale du Cap Oriental.

L'agence ajoute que le monde a rendu hommage à Mandela, mercredi, lors d'une cérémonie marquée par la présence de 100 chefs d'Etat et de gouvernement et des dizaines de milliers de ses compatriotes, alors que des millions de téléspectateurs ont suivi l'événement à travers des chaînes de télévision qui retransmettaient en direct la cérémonie.

Le président américain, Barack Obama, accompagné de trois anciens présidents américains (Carter, Clinton, Bush), a rendu justice à Mandela, le premier président noir de l'Afrique du Sud, lorsqu'il affirmait, sous les vivats de la foule, que: ''le combat de Mandela lui a permis d'arriver au poste de chef d'Etat en tant que premier président noir des Etats-Unis'', note l'éditorialiste de l'agence.

L'organe de presse a rappelé la décision de "Madiba" (surnom de Nelson Mandela) de laisser le pouvoir en douce car il n'a jamais combattu pour cet objectif mais pour libérer son peuple de l'apartheid et a sacrifié sa liberté à cette fin. Plus important encore, il a réalisé la réconciliation nationale en jetant les bases d'un Etat démocratique dans lequel tout le monde est égal sans discrimination raciale, ethnique ou de croyance.

De son côté, Radio Libye, dans un de ses commentaires, a mis en exergue, le fait que de nombreux combattants en Afrique aient libéré leur peuple du colonialisme et ont mené, pour cela, de rudes combats mais se sont rapidement, une fois au pouvoir, transformés en bourreaux, éliminant leurs adversaires qui, pourtant, avaient combattu à leurs cotés. Pis, ces bourreaux, ajoute Radio Libye, "ont sauvagement et férocement réprimé leurs peuples comme le colonisateur". En revanche, Mandela disait: ''quelle que soit l'étroitesse de la cellule et quelle que soit la solidité de la fermeture des portes, je conduirai mon bateau et je sais comment le faire accoster''.

Pour sa part, l'analyste politique libyen, Ali Abou Mujahid, a écrit: ''effectivement Mandela a su comment accoster son bateau après avoir achevé la mission pour laquelle il a combattu et payé un prix de 27 ans de captivité dans la prison du régime d'apartheid. Mandela était le gardien de la conscience humaine'', a-t-il dit, citant l'ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio.

"Il a obtenu ce qu'aucun autre dirigeant politique n'a obtenu, car il fut le premier président aimé de tous et accepté par tous, son sourire faisait oublier les préoccupations de la vie, pleine de problèmes comme la faim, la corruption, l'utilisation sans vergogne de la force, les différences sociales. Mandela n'a jamais été arrogant; il a vécu en combattant et est décédé dans la grandeur. Il est entré dans l'histoire par la grande porte et parti en champion à qui un hommage sans pareil a été rendu. Il a été modeste devant son peuple et devant le monde. Mandela est devenu grand là où ses bourreaux et ceux qui l'on traité de terroriste rasent les murs'', a ajouté Abou Mohamed.

Selon lui, "Mandela 'a combattu pour la liberté et la prospérité de son peuple et nous devons aujourd'hui nous inspirer des leçons de sa vie tout en perpétuant sa morale par la poursuite du combat politique africain pour mettre fin aux guerres, aux conflits, à l'injustice, au terrorisme, aux trafics de drogue, à la corruption pour nous consacrer à l'édification d'un Etat de droit, doté d'institutions stables dans une démocratie marquée par l'alternance politique et la réconciliation nationale''.

-0- PANA AD/IN/TBM/IBA  13déc2013

13 décembre 2013 16:01:10




xhtml CSS