La presse libérienne commente le désarmement des ex-combattants

Monrovia- Liberia (PANA) -- La lourde tâche du désarmement d'environ 40.
000 combattants libériens et les menaces de reprise des hostilités en Côte d'Ivoire voisine ont fait la une de l'édition de jeudi des deux principaux journaux du Liberia.
'Inquirer' et 'News Newspaper' ont écrit des éditoriaux sur ce sujet, alors que la date du 7 décembre, retenue pour le démarrage des opérations de désarmement des trois factions belligérantes Libériens unis pour la réconciliation et le développement (LURD), Mouvement pour la démocratie au Liberia (MODEL) et ancien gouvernement, approche.
"Le désarmement n'est pas une plaisanterie", titre 'Inquirer' qui note les raisons avancées par les trois factions belligérantes pour justifier leur décision de suspendre leur participation aux pourparlers.
Le journal souligne que rien ne peut remplacer la coopération de toutes les parties afin de garantir une mise en oeuvre satisfaisante du processus de désarmement.
"Le désarmement des factions belligérantes est une condition sine qua non de la restauration d'une paix durable dans ce pays qui a subi les affres d'une guerre fratricide pendant plusieurs années.
Il s'agit là d'une formidable opportunité que nous ne devons pas laisser filer, car ce serait au détriment du pays.
Par conséquent, il faut que tous les Libériens s'impliquent pour assurer le succès du processus de désarmement", commente 'Inquirer'.
Le journal considère qu'il existe un lien direct entre le silence des armes au Liberia et la fin du conflit armé chez le voisin ivoirien.
Il exhorte le gouvernement de transition et la Mission des Nations unies au Liberia (MINUL) à "prendre sérieusement note de cette réalité et à ne ménager aucun effort pour désamorcer la crise en Côte d'Ivoire", un pays où les jeunesses pro- gouvernementales demandent aux forces d'interposition françaises de se retirer.
"L'expérience a montré que les guerres, comme celle qui vous menace, ne prennent jamais fin sur le champ de bataille, elles prennent toujours fin autour de la table de négociation après la destruction du pays", écrit le journal en guise de conseil aux Ivoiriens.

05 décembre 2003 08:13:00




xhtml CSS