La présidence à la Une de l’actualité cette semaine à Maurice

Port-Louis, Maurice (PANA) - La présidence mauricienne fait la Une de l’actualité à Maurice depuis mercredi dernier, suite aux révélations du quotidien L’express, selon lesquelles, la présidente, Mme Ameenah Gurib-Fakim, aurait obtenu gracieusement une carte de crédit bancaire à hauteur d’un million de roupies mauriciennes du Planet Earth Institute (PEI), dont le président est le milliardaire angolais, Alvaro  Sobrino, (1 dollar= 35 roupies).

L’Express révèle être en possession des relevés bancaires de la carte "Platinum" allouée à Ameenah Gurib-Fakim par le PEI.

"Ces documents démontrent que la présidente de la République, même si elle a affirmé n’avoir jamais touché de "rémunération", a grandement joui de la générosité du PEI crée par Alvaro Sobrino", écrit ce journal.

Selon  L’express, "alors que cet argent devait servir dans un cadre professionnel, la présidente l’aurait utilise à d’autres fins "pour l’achat de bijoux, de chaussures et de vêtements à Dubai, à Abou Dhabi et à Rome". Ce journal précise avoir contacté Mme la présidente "qui n’a pas répondu à nos appels".

Sous le titre "Une présidente démonétisée", l’éditorialiste de L’express, Nad Sivaramen, écrit : "Ameenah Gurib-Fakim devrait-elle rester en poste maintenant que les preuves de son association avec Sieur Alvaro Sobrino sont du domaine public ?  Une présidente de la République qui réalise des transactions financières avec un individu à la réputation suspecte sur le plan international, peut-elle encore nous représenter au plus haut échelon de l’Etat ?".

Dans sa réplique à L’express, sur les ondes de Radio Plus, la présidente de la République demande au quotidien de prouver l'authenticité des documents qu'il a publiés sur ses relevés bancaires.

"J'ai constaté que des documents ont été publiés dans LExpress. Je mets ce journal au défi d'établir leur authenticité. J'accorde 24 heures à ce journal pour le faire. Je répondrai à toutes les questions seulement si L'Express le fait", a déclaré Ameenah Gurib-Fakim, sur les ondes de cette radio privée.

La réponse de L’Express, toujours sur les ondes  de cette même radio, a été la suivante : "C’est à la présidente de venir expliquer le contexte de ces dépenses. C’est à elle de venir prouver que nos documents ne sont pas authentiques", a affirmé Nad Sivaramen.

Il a ajouté : "Depuis mardi, avant la publication de l’article, nous avons appelé la présidente pour avoir sa version des faits. Nous lui avons même envoyé des e-mails et des tweets, mais en vain. Elle choisit de répondre sur d’autres plateformes".

Selon le quotidien Le Mauricien, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a refusé de commenter publiquement la controverse des dépenses effectuées par la présidente de la République.

"J’ai parlé avec la présidente comme tous les jeudis. Nous avons parlé de tout. N’attendez pas que je vais vous révéler la teneur de ces discussions", a-t-il déclaré à ce journal qui l’interrogeait sur cette affaire.

De son côté, l’éditorialiste du magazine hebdomadaire Weekly, Touria Prayag, écrit sous le titre "La femme doit partir" : Les dernières révélations sur les dépenses de la présidente ... sont une honte nationale et constituent un acte grossier d'inconduite. Dans l'état actuel des choses, la femme doit partir".
-0- PANA NA/JSG/SOC 03mar2018

03 مارس 2018 09:42:24




xhtml CSS