La police enquête sur l'agression raciste d'une femme blanche

Le Cap- Afrique du Sud (PANA) -- La police sud-africaine enquête actuellement sur une étrange affaire raciale dans la ville de George, après l'agression lundi d'une femme par deux hommes qui lui ont tailladé la poitrine, a-t-on appris mercredi de source policière.
Wanda Stoffberg, une blanche, propriétaire d'une boucherie, a été agressée à l'entrée de sa petite exploitation située en dehors de la ville par les deux hommes qui lui ont écrit sur le thorax la lettre "k", initial du mot "kaffir", équivalent de "nègre", un terme diffamant et haineux en Afrique du Sud.
Ses agresseurs l'ont attaquée par derrière, l'ont frappée, lui ont assénée des coups de pied et l'ont étranglée, avant de lui graver la marque sur le corps, mais elle est sortie légèrement blessée de cette attaque, indique la même source.
Selon Mme Stoffberg, qui avait récemment défrayé la chronique lorsqu'elle sollicita l'aide du Congrès national africain (ANC) à propos d'un conflit portant sur le zonage de sa boucherie, l'agression serait d'origine raciale, l'un de ses agresseurs l'ayant interpellée par "kaffir boetie" littéralement "amateur de Noirs".
Bien qu'incapable d'identifier les auteurs, elle a déclaré que celui qui lui avait gravé l'inscription sur le corps était blanc.
Le chef du département Communication de l'ANC, M.
Cameron Dugmore, a exprimé son indignation face à cet acte, et a déclaré qu'il provenait de la décision de la municipalité de George de refuser d'accorder aux "Vleispaleis" des droits pour l'exploitation de commerces à cause de l'opposition de quelques voisins racistes et de certains concurrents.
Il a soutenu qu'il était de notoriété publique que cette femme d'affaire s'était appropriée une considérable part de marché par le biais d'un soutien croissant des personnes de couleur et des clients africains en particulier.

01 août 2001 16:06:00




xhtml CSS