La police des Nations unies mène une enquête sur le meurtre de personnes déplacées en Centrafrique

Bangui, République centrafricaine (PANA) - La police des Nations unies a ouvert une enquête sur l'enlèvement et l'assassinat de personnes déplacées par le conflit en Centrafrique, a annoncé la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) vendredi, indiquant que les responsables doivent être traduits en justice.

La MINUSCA a fermement condamné l'incident survenu jeudi dans la ville de Bria où des membres présumés d'un groupe rebelle auraient enlevé les victimes, pour la plupart des femmes, à l'extérieur d'un camp de personnes déplacées appelé PK3, situé près de la base des Nations unies dans la ville.

La police de la Mission enquête sur la question a également renforcé la sécurité autour du camp.

Bria est située à près de 600 kilomètres de la capitale, Bangui, et accueille environ 100.000 personnes, dont la majorité (80 pc) sont des Personnes déplacées internes (PDI).

Près de 48.000 personnes séjournent à PK3, qui est le plus grand site de déplacés internes du pays.

À la suite des tueries, la Coordonnatrice humanitaire des Nations unies en Centrafrique, Najat Rochdi, a appelé les parties belligérantes à protéger les civils et a exprimé sa profonde inquiétude face à la montée des tensions à Bria.

"Quelques jours seulement après la commémoration de la Journée humanitaire mondiale, "nous assistons à une autre tragédie contre des civils innocents. Je lance un appel à toutes les parties pour qu’elles respectent leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et protègent les civils. Les civils ne sont pas une cible, et ces actes odieux doivent cesser", a-t-elle déclaré.
-0- PANA MA/JSG/SOC 8sept2018

08 septembre 2018 09:56:59




xhtml CSS