La police agresse à Brazzaville des journalistes invités à une conférence de presse

Brazzaville, Congo (PANA) - Les agents de la police en civil ont agressé jeudi à Brazzaville des journalistes conviés à couvrir une conférence de presse sur les affaires des prisonniers André Okombi Salissa et Jean Marie Michel Mokoko, tout deux anciens candidats à la présidentielle de 2016, détenus à la maison d’arrêt central de Brazzaville pour atteinte à la sûreté de l’Etat et détention illégale d’arme.

Pendant que se tenait cette conférence convoquée par Me Ibouanga, les policiers habillés en civil ont fait irruption sur les lieux où la conférence devait se tenir pour passer à tabac tout journaliste se trouvant sur les lieux.

Ainsi, certains journalistes comme le correspondant de RFI/AFP a été pris à parti par ces éléments qui l'ont agressé physiquement  avec des coups de poing, et lui ont ravi son téléphone et son matériel de travail.

La police a également fait irruption dans les bureaux du bihebdomadaire "La
semaine Africaine" qui se situaient à côté des lieux. Ces policiers ont aussi agressé le personnel de ce journal.

Le général  Mokoko et l’ancien ministre  Okombi Salissa ont été respectivement arrêtés en juin 2016 et février 2017 pour avoir contesté la victoire de Denis Sassou N’Guesso à la présidentielle de 2016. Ils sont toujours détenus à la maison d’arrêt central de Brazzaville sans jugement, rappelle-t-on.

-0- PANA MB/TBM 01dec2017

01 décembre 2017 08:22:35




xhtml CSS