La polémique raciale en Afrique du Sud devant le Parlement

Le Cap- Afrique du Sud (PANA) -- Le ministre sud-africain des Sports, Ngconde Balfour, a demandé mardi l'accélération de l'intégration raciale dans le milieu sportif de son pays.
S'adressant au Parlement sur un scandale raciste qui a récemment secoué le pays, M.
Balfour a appelé au calme.
A juste un mois de la Coupe du monde de rugby, l'équipe nationale est sur la sellette après qu'il eut été fait état plusieurs fois d'un climat raciste généralisé qui règne dans le milieu du rugby sud-africain.
Le dernier scandale a éclaté, il y a deux semaines, après une confrontation entre un joueur blanc, Geo Cronje, et son coéquipier noir, Quinton Davids.
Cronje a été exclu de l'équipe, accusé d'avoir refusé de partager une chambre avec Davids.
Cronje, à qui l'entraîneur Rudolf Straueli avait demandé de partager avec Davids une chambre d'hôtel dans un camp d'entraînement de Pretoria, aurait refusé en déclarant qu'il n'utiliserait pas les mêmes salle de bains et toilettes que son coéquipier.
M.
Balfour a indiqué que ceux qui croyaient que le racisme et les préjugés auraient disparu du milieu sportif sud-africain, en 10 ans d'unité, n'avaient pas compris la société sud-africaine où le racisme et les préjugés dominent la vie de la majorité des gens.
"Nous considérons comme allant de soi que des jeunes hommes ou femmes, qui ont grandi dans un certain milieu, soient en mesure de s'adapter à la diversité quand ils se retrouvent dans une équipe composée de gens avec qui ils n'ont jamais eu de contacts par le passé", a fait observer le ministre.
"Prenons-nous véritablement le soin de préparer nos sportifs à s'adapter à la diversité et à faire preuve de tolérance et de respect mutuel?", s'est-il interrogé.
M.
Balfour a souligné qu'il est désormais nécessaire de donner à l'enquête sur les allégations de racisme l'opportunité de démêler des affaires qui ont fait l'actualité ces temps derniers.
"Parallèlement à cela, il est nécessaire pour nous de reconnaître que le sport n'est pas différent du reste de la société, et que si nous voulons arrêter, limiter et finalement éliminer les préjugés, il nous faut mettre en place des programmes et systèmes pour s'attaquer à ces problèmes", a-t-il suggéré.
"Sans vouloir anticiper sur les éventuelles conclusions de l'enquête, nous devons continuer à travailler à promouvoir la transformation de l'environnement sportif", a invité le ministre.

10 septembre 2003 09:49:00




xhtml CSS