La pêche industrielle ne constitue pas une priorité au Gabon

Libreville- Gabon (PANA) -- La problématique des pêches au Gabon a souvent été évoquée au cours de ces dernières années mais aucune action prioritaire n'a été initiée, malgré la volonté du gouvernement de privilégier les activités susceptibles d'améliorer la contribution de ce secteur à l'économie nationale.
Selon le rapport 2002-2003 de la Direction générale de l'économie, "le Gabon possède d'importants atouts en matière de pêche, cependant insuffisamment exploités".
Le pays possède "une façade maritime de 800 kilomètres, de nombreux cours d'eau sur une superficie globale de 10.
000 km², des réserves halieutiques maritimes et continentales, estimées respectivement à 210.
000 et à 24.
000 tonnes".
Toujours d'après ce rapport, "la production de la pêche industrielle, de la pêche artisanale, de la pêche continentale et de l'aquaculture, ne satisfait qu'au tiers les besoins locaux, le reste étant couvert par les importations".
La nécessité de mettre en place une politique favorable à la pêche, notamment la construction d'une usine de pêcherie et de conserveries de poissons reste pourtant une des priorités que l'Etat a du mal à concrétiser.
La production nationale de la pêche est de 35.
000 tonnes environ qui rapportent 35 milliards de F CFA et contribuent à hauteur de 1,2% au Produit intérieur brut (PIB) national.
Quant aux besoins de la consommation nationale en produits de la mer (45.
000 tonnes), ils doivent être complétés, chaque année, par des importations complémentaires de 10.
000 tonnes de poissons congelés dont les prix sont évalués à 7 milliards de F CFA, selon la Direction générale des pêches.
Le marché intérieur gabonais reste depuis toujours tributaire d'importations de poissons en provenance principalement d'Asie, du Sénégal et des pays environnants.
A cause du prix acceptable du poisson importé, la concurrence n'encourage pas l'industrie des pêches au Gabon et tend plutôt à démobiliser les pêcheurs locaux.
La pêche industrielle est pratiquée en majorité par des armateurs étrangers qui utilisent une flottille de chalutiers, de cordiers et de thoniers.

04 Outubro 2003 19:15:00




xhtml CSS