La paralysie du NEPAD obère les programmes africains

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- La décision de consacrer le thème central du 12ème sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) au développement des infrastructures en Afrique confirme les difficultés de mettre en oeuvre le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).
L'un des objectifs majeurs des initiatives menées dans le cadre du NEPAD est la promotion du développement des infrastructures comme facteur de d'intégration et de développement de l'Afrique et c'est dans ce cadre que s'inscrit le projet relatif au Programme de développement des infrastructures en Afrique (PPDIA).
Dans cette optique, l'une des premières actions entreprises au sein du NEPAD fut l'établissement, en 2002, d'un Plan d'actions à court terme (PACT) dans le domaine des infrastructures qui portait sur des mesures et projets jugés prioritaires.
Ce plan d'actions a pour socle les programmes et initiatives en cours des Communautés économiques régionales (CER) et des organisations sectorielles.
Il revenait au NEPAD d'insuffler une nouvelle vigueur dans la mise en oeuvre des programmes des CER en les mettant dans un cadre cohérent défini par des stratégies communes.
A l'heure actuelle, le PPDIA du NEPAD, qui piétine au niveau de la formulation des stratégies, a encore du chemin à faire pour résoudre définitivement le problème de l'insuffisance des infrastructures en Afrique ainsi que son impact négatif sur la croissance et la lutte contre la pauvreté.
Pourtant, c'est pour promouvoir une meilleure gestion des politiques de développement en Afrique par le NEPAD en vue d'assurer sa mise en oeuvre cohérente et efficace, que les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA avaient décidé, en juillet 2003 à Maputo, au Mozambique, d'intégrer ce programme dans les structures et processus de l'organisation continentale.
Mais cette intégration ne s'est toujours pas concrétisée, malgré les nombreuses réunions organisées à cet effet.
A ce propos, le rapport intérimaire de la Commission de l'UA destiné au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement, qui débute le 1er février, souligne que le processus d'intégration du NEPAD dans les structures de l'UA «a enregistré un certain nombre de problèmes qui ont, à leur tour, créé des goulots d'étranglement et contribué à son ralentissement».
C'est dire que le NEPAD reste encore à l'état de projet, malgré les multiples résolutions prises par les chefs d'Etat et de gouvernement pour faire de ce programme la locomotive du développement de l'Afrique.

29 janvier 2009 20:09:00




xhtml CSS