La monnaie unique de la Cedeao n’est pas faisable d’ici 2020 (président de la Commission)

Niamey, Niger (PANA) – Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), M. Alain De Souza, a annoncé, lundi soir à Niamey, la non faisabilité pour 2020 de la monnaie commune des Etats membres en prenant en compte d’innombrables facteurs techniques.

« L’analyse des critères de convergence et de visibilité montre qu’on ne pourra pas aller à la monnaie unique à cette date », a indiqué, à la presse, M. De Souza, au sortir d’une audience avec le chef de l’Etat nigérien.

Par conséquent, il va falloir encore attendre sept à 10 ans pour rendre effective cette monnaie, a précisé M. De Souza qui annonce, dans la foulée, la tenue d’un sommet de la Cedeao en octobre prochain pour élucider le sujet et définir les dispositions à prendre.

D’autres sujets ont également été au menu des discussions entre les deux officiels, comme les problèmes sécuritaires dans la région, le retour de la République islamique de la Mauritanie au sein de la Communauté qu’elle a quittée, il y a des décennies, au profit de l’Union du Maghreb arabe.

Le président nigérien assure, depuis 2013, la coordination de la coopération monétaire en vue de mettre en place une monnaie unique dont les vertus sont nombreuses, parmi lesquelles, la consolidation économique commune ou encore la facilitation des échanges commerciaux.

L’examen de certains paramètres économiques révèle un anachronisme structurel dans la conduite de ce projet. Selon des statistiques de la Cedeao, les importations de la Communauté s'élèvent seulement à 10% du fait des pays membres entre eux.

Plus précisément, sur les 100 à 150 milliards de dollars importés annuellement par la Communauté économique ouest-africaine, seuls entre 10 et 20 milliards sont le fait des pays de la zone. Rapportés à un marché intérieur de 300 millions d'habitants répartis entre 15 pays, ces chiffres, même dans leur version optimiste (20 milliards), révèlent une inconsistance désolante.

Dans le même courant, un rapport de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique estime que le commerce intra-Cedeao pèse pour seulement 9% du total des exportations et 10,5% du total des importations de l'ensemble des États membres.
-0- PANA SA/BEH/IBA 15août2017

15 août 2017 16:50:11




xhtml CSS