La gouvernance Internet au centre des discussions d’un forum de la CEDEAO à Niamey

Niamey, Niger (PANA) - Le 8ème forum sur la gouvernance Internet en Afrique de l'Ouest s'est ouvert vendredi à Niamey, la capitale nigérienne, sur le thème ''Mettre en œuvre et promouvoir le modèle multi-acteur pour le développement de l'Internet en Afrique de l'Ouest'', a constaté la PANA sur place.

Plusieurs autres thématiques, telles que l'accessibilité à une large bande Internet, le développement des contenus, l'établissement de la confiance et la sécurité dans le cyberespace, ainsi que la mise en place de points d'échanges Internet régionaux feront également l'objet d'échanges au cours du forum.

Ouvrant les travaux de ce forum, la ministre nigérienne en charge de la Communication, Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye, a rappelé le contexte mondial, caractérisé par la problématique de l'insécurité préoccupante dont l'utilisation des TIC n'est pas étrangère à l'expansion.

''Il est évident que nous vivons dans un monde où les hommes et les objets deviennent de plus en plus interconnectés, donc vulnérables aux cyber-menaces sécuritaires'', a notamment constaté la ministre de la Communication.

Tout en soulignant la nécessité de faire en sorte que l'Internet reste libre d'accès, car découlant des droits et libertés fondamentales, comme la liberté d'expression, la ministre a indiqué qu'il est tout autant nécessaire que chaque partie prenante veille à ce que cet outil futuriste soit un espace virtuel sécurisé, afin de ''maintenir la confiance des utilisateurs et assurer la sécurité des populations''.

C'est d'ailleurs, a-t-elle dit, ce souci qui a amené les chefs d'Etat et de gouvernement africains, réunis à Malabo en 2014, à adopter la Convention africaine sur la cybercriminalité et la protection des données à caractère personnel, une convention qu'elle considère comme un véritable instrument juridique régional pour promouvoir la sécurité et la stabilité dans le cyber espace.

Le directeur des Télécommunications et des TIC de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Koffi Raphael, a, pour sa part, rappelé la vision de la CEDEAO sur la question des TIC qu'elle considère comme un outil important, un secteur transversal pour le développement des secteurs socio-économiques, mais aussi un secteur qui ''permet de soutenir et de renforcer notre processus d'intégration régionale''.

Pour lui, les TIC sont un élément fondamental de développement de toute nation, puisqu'il est formellement établi qu'une augmentation de 10 pc du taux de pénétration Internet accroît le PIB d'un pays de 1,3 pc.

"L'Internet, pierre angulaire des TIC, est l'épine dorsale de notre société et de l'économie et son utilisation par les gouvernements africains peut aider à atteindre les Objectifs de Développement Durable, a estimé M. Koffi.

Selon lui, le taux de pénétration Internet de 300 millions d'Africains de l'Ouest reste désespérément à 29,6 pc en 2015, ce qui signifie que beaucoup d'efforts restent à faire pour l'accès à l'Internet des citoyens de la CEDEAO.
-0- PANA SA/JSG/IBA 18nov2016

18 novembre 2016 11:13:46




xhtml CSS