La décision de la CIJ dans le différend frontalier entre la Somalie et le Kenya saluée par le président somalien

Mogadiscio, Somalie (PANA) - Le Président somalien, Hassan Sheikh Mahmoud. a salué la décision de la Cour internationale de justice (CIJ) qui s'est dite jeudi, compétente pour juger un différend frontalier maritime entre le Kenya et la Somalie, au sujet d'une zone riche en réserves de pétrole et de gaz dans l'Océan indien.

La décision de la Cour ''est une grande victoire réalisée par le peuple somalien'', a-t-il notamment dit, ajoutant que le différend maritime entre la Somalie et le Kenya ''n'aura pas de conséquences négatives sur les relations bilatérales entre les deux pays''.

Des milliers de Somaliens dont des autorités, sont sortis vendredi dans les rues de Mogadiscio pour exprimer leur soutien à la décision de la Cour internationale de justice, signale-t-on.

La Cour a indiqué qu'elle ''a compétence pour connaître de la requête déposée par la République fédérale de Somalie le 28 août 2014, et que ladite requête est recevable'', selon le juge Ronny Abraham lors de la lecture de la décision.

La Somalie et le Kenya se disputent de vastes secteurs maritimes de plus de 100.000 km2 au sein desquels Nairobi a déjà accordé trois permis d'exploitation pétrolière à la compagnie italienne Eni qui sont contestés par Mogadiscio.

Selon la Somalie, située au Nord-Est du Kenya, la frontière maritime devrait s'étirer en direction du Sud-Est, selon une ligne médiane entre les deux pays.

A l'opposé, le Kenya revendique pour délimitation une ligne droite partant de la frontière terrestre entre les deux pays vers l'Est et rappelle qu'il exerce sa souveraineté sur la zone contestée depuis 1979, lorsqu'il a proclamé les limites de sa zone économique exclusive.

-0- PANA AD/IN/IS/SOC 03fevr2017

03 février 2017 17:59:29




xhtml CSS