La crise libyenne a trop duré, selon le chef de la Mission d'appui de l’ONU en Libye

Brazzaville, Congo (PANA) - Le Représentant du Secrétaire général des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, a déclaré vendredi à Brazzaville, que la crise libyenne avait trop duré et qu'il faut que tout soit mis en œuvre pour y apporter une solution, à l’issue d’un entretien avec le ministre congolais des Affaires étrangères, de la coopération et des congolais des étrangers, Jean Claude Gakosso.

"La crise libyenne a trop duré. Nous avons le devoir en tant que Nations unies, avec les organisations régionales compétentes, d’encourager fermement les Libyens dans la résolution de la crise où ils se sont enlisés", a notamment estimé Ghassan Salamé.

Les Nations unies, en coopération avec l’Union africaine, l’Union européenne et la Ligue des Etats arabes, ont fourni beaucoup d’efforts pour renforcer la médiation politique sur place en Libye, a-t-il ajouté, rappelant que "les Nations Unies ont une mission de plus de 300 personnes pour mener ses actions".

De son côté, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Kemajes Jhinaoui,  a affirmé qu’il était venu à Brazzaville en soutien de l’initiative de l’Union africaine pour trouver rapidement une solution au conflit qui déchire les différents protagonistes répartis dans les villes de Tripoli et Tobrouk.

"La Libye est un pays voisin de la Tunisie. La situation dans ce pays a un impact direct sur notre économie et notre sécurité. La Tunisie est donc le pays le plus touché dans la situation incertaine de la Libye", a-t-il déploré.

Les différentes parties prenantes dans la résolution de la crise libyenne fondent donc beaucoup d’espoirs dans la tenue de la 4ème réunion de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye qui se tient ce samedi à Brazzaville, sous la direction du président congolais.
-0- PANA MB/JSG/SOC 9sept2017

09 septembre 2017 10:08:03




xhtml CSS