La capitale économique de la Côte d'Ivoire se vide de sa population

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) – Plusieurs habitants d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, fuient la ville où la tension reste très vive, signe annonciateur d’une guerre civile, a constaté la PANA sur place.

Les gares routières sont prises d’assaut dès qu’il y a une accalmie précaire.

A Yopougon, à la gare de l’Union des transporteurs de Bouaké (UTB), l’un des gros transporteurs ivoiriens, une dizaine de cars sont alignés et les passagers se bousculent au guichet pour acheter un titre de transport.

«Ma famille et moi allons au village. Depuis quelques jours la tension est vive à Abidjan. Et tous les jours nous entendons des tirs à l’arme lourde, nous ne pouvons plus supporter cela», a déclaré Yao Kan, un chef de famille entouré de ses deux enfants et de sa femme.

La famille Yao Kan va trouver refuge dans leur campement, dans le département de Divo, dans le centre-ouest du pays.

Comme cette famille, de nombreuses autres organisent des convois à des tarifs exorbitants, là où les gares sont fermées, pour rallier leurs villages.

Cet exode massif vers des zones plus sécurisées se déroule dans presque toutes les communes d’Abidjan.
-0- PANA GB/AAS/IBA 16mars2011

16 mars 2011 14:57:13




xhtml CSS