La TICAD invite les donateurs à respecter les options africaines

Tokyo- Japon (PANA) -- La troisième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD III), tout en insistant sur les concepts d'"appropriation" et de "partenariat", s'est achevée ce mercredi sur un appel aux donateurs pour qu'ils respectent et fassent confiance aux options de développement prises par le continent.
"L'Afrique doit déterminer et s'approprier avec assurance et confiance dans sa propre valeur, la direction qu'elle prendra dans la quête de l'autosuffisance et du développement durable" a souligné la conférence dans la Déclaration finale marquant le 10ème anniversaire de la création de la TICAD.
"La communauté internationale, dans le même temps, respectant et faisant confiance à l'appropriation par l'Afrique de ses options, doit fournir à temps une aide appropriée et substantielle pour appuyer le continent à exploiter au mieux ses propres ressources".
La TICAD a appelé de ses voeux un renforcement des initiatives actuelles pour promouvoir l'accès au marché et au commerce équitable en vue d'aider les pays africains "à prendre pied dans le marché global".
La déclaration a aussi jugé "nécessaire d'accoître l'Aide officielle au développement et de promouvoir l'investissement étranger direct".
La TICAD qui a duré trois jours a salué l'adoption par la communauté internationale du NEPAD (le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique) comme cadre en vue de la poursuite des efforts de développement du continent.
Une telle reconnaissance est essentielle au processus de développement en Afrique.
La TICAD et le NEPAD doivent maintenant se lancer dans un nouveau défi, celui de réaliser le rêve de faire du 21ème siècle, celui de l'Afrique.
La Déclaration indique que loin d'être simplement une série de conférences, le processus TICAD a "contribué à maintenir la question du développement de l'Afrique au centre de l'attention de la communauté internationale durant des périodes où l'attention globale envers le continent était sur le point d'être détournée sur d'autres régions".
Elle indique que le processus a "contribué de manière significative à sensibiliser sur les problèmes de l'Afrique", notant en outre que le 10ème anniversaire tombe "au moment où les circonstances pour le développement africain sont plus favorables que jamais, à l'intérieur comme à l'extérieur du continent".
La déclaration a toutefois regretté l'échec de la Conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (MOC) à Cancun.
Elle a estimé que "la création d'un système de commerce international équitable reste un défi majeur pour le développement de l'Afrique".
La TICAD a "facilité la synchronisation des efforts de développement de l'Afrique et l'engagement de ses partenaires au développement" mais a aussi "contribué à renforcer les concepts d'appropriation et de partenariat pour développer une véritable solidarité" avec le continent.
On doit aussi accorder une place importante à différents domaines dans le cadre du processus de développement en Afrique, notamment au leadership inclusif dans lequel les personnes, en tant que premiers bénéficiaires du développement, partagent l'esprit du NEPAD et participent activement au processus de développement par le biais de la gouvernance démocratique".
La conférence a noté l'amélioration de la paix et de la sécurité dans certaines parties du continent mais a estimé "qu'il demeure très important pour les Africains de consolider une telle paix et de mettre fin aux derniers conflits afin que les Etats consacrent tous leurs moyens et ressources à la croissance économique et au développement durable".
Elle a aussi souligné la nécessité d'essayer de traiter les causes des conflits et de promouvoir la reconstruction économique et sociale basée sur la bonne gouvernance, "ce qui implique la démocratisation et l'adoption de politiques macroéconomiques appropriées".

01 octobre 2003 13:03:00




xhtml CSS